• Visiteurs

    Il y a 1 visiteur en ligne
  • Total

  • Rechercher sur ce blog

    Sur la colonne de droite, vous pouvez rechercher un texte selon différents critères : derniers articles commentés, derniers articles publiés, mots-clés, catégorie de l'article, date,...
    N'hésitez pas à commenter.


    L'email fournit lors du dépôt d'un commentaire permet au système de contrôler que celui-ci n'est pas posté par un robot (publicité et indésirables). Il ne sera donc pas utilisé pour vous envoyer un mail.


    Autres astuces pour utiliser ce blog et aides pour blogueurs


  • Méta

  • blog tout beuvry sur le web

    © 2008
    Tous droits réservés.
    Reproduction (même partielle) interdite sans l'accord écrit de l'auteur.

La trêve des confiseurs, à Beuvry comme ailleurs…

Posté par Joël le 7 décembre 2008

trêve de noël à Beuvry

Entre Noël et le jour de l’an, c’est la trêve des confiseurs :

c’est comme cela que l’on appelle la mise en sommeil, durant cette période de fêtes, de certaines activités.

Cette notion est principalement utilisée pour décrire la trêve hivernale en politique(traditionnellement suivie par la Chambre des Députés et le Sénat depuis 1875), au football (en réalité pour des raisons météorologiques) et surtout en temps de guerre. La trêve des confiseurs est une expression également utilisée pour désigner l’accalmie traditionnelle de fin d’année sur les marchés boursiers.

Mais par extension, l’expression s’applique à n’importe quelle activité professionnelle qui décroche pendant cette semaine. 

C’est donc la trêve pour tout le monde sauf pour les confiseurs, les pâtissiers et les traiteurs !

 

Alors certains se posent la question de savoir si l’on doit tenir son blog pendant cette semaine de fin d’année et parfois pour une période beaucoup plus longue… 

Mais quand même, cette trêve des confiseurs ne dure en principe qu’une semaine… 

Certes, l’expression provient de la « trêve de Dieu », confirmée en France par le roi Saint Louis vers 1245 : l’Église Catholique ordonnait que les combats guerriers soient arrêtés pendant la période de l’Avent à Noël. 

Plus récemment lors de la seconde guerre mondiale, on parle de la trêve de Noël en référence à la période de Noël 1914 : les soldats du front occidental étaient épuisés et choqués par l’étendue des pertes humaines. 

Au petit matin du 25 décembre, les Britanniques qui tenaient les tranchées autour de la ville d’Ypres entendirent des chants de Noël venir des positions ennemies, puis découvrirent que des arbres de Noël étaient placés le long des tranchées Allemandes.

Lentement, des colonnes de soldats Allemands sortirent de leurs tranchées et avancèrent jusqu’au milieu du « no man’s land », où ils appelèrent les Britanniques à venir les rejoindre. Les deux camps se rencontrèrent au milieu d’un paysage dévasté par les obus, échangèrent des cadeaux, discutèrent et jouèrent au football. 

Ce genre de trêve fut courant là où les troupes britanniques et allemandes se faisaient face, et la fraternisation se poursuivit encore par endroits pendant une semaine jusqu’à ce que les autorités militaires y mettent un frein. 

On retrouve cette histoire dans les tranchées du Vimy, dans le magnifique film « Joyeux Noël »

De nos jours cette expression est construite ainsi car cette période des fêtes de Noël et de nouvel an est traditionnellement propice aux plaisirs de la table et plus particulièrement aux confiseries.

Alors une semaine ou un mois, trêve des confiseurs ou trêve de dieu, à chacun de choisir…

Personnellement, n’étant pas en guerre, je ne sais pas vraiment comment appliquer cette notion (je mettrai sans doute ce blog au ralenti). Il m’arrive de mener des combats pour des idées ou des causes qui me semblent justes.

Et dans ce cas, je ne vois pas au nom de quoi je devrais abandonner mes convictions quelle que soit la période. Si quelque chose qui m’apparaissait scandaleux durant les fêtes, je resterai fidèle à moi-même. 

L’année dernière à la même période j’ai regardé sur France 5 une émission sur la trêve de Noël. Un intervenant expliquait que certains hommes politiques profitaient de cette expression pour ne rien engager sur une longue période de décembre à janvier. Il attirait l’attention sur le danger que leurs ennemis politiques en profitaient pour mener des actions sans craindre de trouver des opposants… 

Je vous fais juste part de cette remarque en annexe, car moi je n’y connais rien en stratégie politique.

 


 

Une Réponse à “La trêve des confiseurs, à Beuvry comme ailleurs…”

  1. Joël dit :

    En écrivant cet article il y a un an, je n’aurais jamais imaginé que la mise en sommeil d’un blog puisse être définitive pour certains.

Laisser un commentaire

 

"rat"(nimalerie)," rat"mate... |
Logiciels à télécharger |
plusdotage |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | promos viandes
| actuplanet
| chlochlodu77