• Visiteurs

    Il y a 2 visiteurs en ligne
  • Total

  • Rechercher sur ce blog

    Sur la colonne de droite, vous pouvez rechercher un texte selon différents critères : derniers articles commentés, derniers articles publiés, mots-clés, catégorie de l'article, date,...
    N'hésitez pas à commenter.


    L'email fournit lors du dépôt d'un commentaire permet au système de contrôler que celui-ci n'est pas posté par un robot (publicité et indésirables). Il ne sera donc pas utilisé pour vous envoyer un mail.


    Autres astuces pour utiliser ce blog et aides pour blogueurs


  • Méta

  • blog tout beuvry sur le web

    © 2008
    Tous droits réservés.
    Reproduction (même partielle) interdite sans l'accord écrit de l'auteur.

  • Accueil
  • > Eau
  • > Une forme d’eutrophisation dans les environs de Beuvry ?

Une forme d’eutrophisation dans les environs de Beuvry ?

Posté par Joël le 23 novembre 2009

La pollution aquatique s’accroît-elle dans la région ?

Ce phénomène d’eutrophisation est-il grave ?

Quelles sont les causes et conséquences des apparitions des lentilles d’eau

ou de plantes verdâtres à la surface des marais ?

Sommes-nous directement concernés ?

 

Nous avons lu sur le blog de l’association les Albrans les inquiétudes des bretons sur la prolifération des algues vertes, les conséquences et les responsabilités humaines… Cliquez pour relire cet article

Une promenade sur les marais d’Annequin et de Cambrin, ont attiré mon attention : la surface des plans d’eau est recouverte de plantes verdâtres. Cliquez pour relire un article sur le sujet

Nous pouvons contribuer à la réflexion, car nos plans d’eau naturels ou artificiels sont bien concernés par le phénomène.

 


 

Voici une synthèse de mes recherches sur l’eutrophisation : 

L’eutrophisation est la modification et la dégradation d’un milieu aquatique lié, en général, à un apport exagéré de substances nutritives qui augmentent la production d’algues et de plantes aquatiques.

Un milieu aquatique eutrophe (du grec eu : « bien, vrai » et trophein : « nourrir »), tels que cours d’eau ou mares, décrit originellement sa richesse en éléments nutritifs, sans caractère négatif.

Pourtant, à partir des années 70, le terme eutrophisation a été employé pour qualifier la dégradation des grands lacs par excès de nutriments (comme le lac d’Annecy, le lac du Bourget ou le lac Léman).

Il a aujourd’hui un sens proche de dystrophie et vient souvent comme qualificatif de sens négatif pour des milieux aquatiques d’eau douce ou marins.

 

Un milieu aquatique pauvre en éléments nutritifs est dit oligotrophe ; dans le cas intermédiaire, on qualifie le milieu de mésotrophe.

Étant donné que les facteurs naturels produisent des milieux plus ou moins chargés en nutriments en dehors de toute intervention humaine, l’état d’eutrophisation d’un milieu aquatique doit être apprécié en fonction de sa nature et ne peut pas se baser sur des indicateurs absolus.

L’eutrophisation est aussi une des étapes du processus naturel qui transforme lentement les lacs peu profonds en marais, puis en prairie ou en mégaphorbiaies et finalement en forêt. Le comblement d’une mare ou d’un marais est très accéléré par la présence de nutriments artificiels, par la proximité d’arbres (à cause des feuilles mortes), mais aussi par l’absence de faune se nourrissant dans l’eau tout en exportant les nutriments.

L’atterrissement d’une petite mare en sous-bois peut se faire en quelques décennies, alors que les lacs naturels se comblent eux en dizaines de milliers voire en millions d’années.

 

Les causes de l’eutrophisation :

Apport excessif de nutriments : azote (des nitrates par exemple), carbone (matières organiques,  carbonates…) et phosphore notamment. Le phosphore étant généralement le facteur limitant dans les milieux aquatiques naturels (loi de Liebig), ce sont ces composés, en particulier les phosphates qui permettent l’emballement du processus.

Ce milieu déséquilibré, dystrophe, devient alors hypertrophe.

 

Ce processus a comme principales origines :

  • des épandages agricoles excessivement riches en engrais (azote et phosphore),
  • des rejets industriels ou urbains riches en nitrates, ammonium, matières organiques non traitées, la présence de polyphosphates dans les lessives font de l’eutrophisation un processus fréquent, atteignant même les zones océaniques (pouvant provoquer l’extension de zones mortes), ou le développement d’algues toxiques, telles Dinophysis, sur les littoraux, par exemple en Bretagne (rejet du lisier provenant des élevages de porc).

 

Des effets visibles :

  • Augmentation du volume d’algues ;
  • Développement de phytoplancton toxique ;
  • Développement de pathogènes par diminution de la pénétration des UV qui ont un pouvoir désinfectant ;
  • Diminution de la biodiversité (animale et végétale) ;
  • Diminution du rendement de la pêche …

 

Elle a aussi des effets négatifs sur le tourisme (suite à la perte de transparence de l’eau, au développement d’odeurs et augmentation de l’envasement).

Parfois les algues peuvent boucher les prises d’eau, les filtres, entraver le fonctionnement d’écluses voire du moteur de petits bateaux pour les algues filamenteuses.

 

Sources :

Mon Carnet à Spirales (définitions) : http://definition.over-blog.fr

Le blog des Albrans : http://albransbeuvry62.over-blog.com

 


Laisser un commentaire

 

"rat"(nimalerie)," rat"mate... |
Logiciels à télécharger |
plusdotage |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | promos viandes
| actuplanet
| chlochlodu77