• Visiteurs

    Il y a 3 visiteurs en ligne
  • Total

  • Rechercher sur ce blog

    Sur la colonne de droite, vous pouvez rechercher un texte selon différents critères : derniers articles commentés, derniers articles publiés, mots-clés, catégorie de l'article, date,...
    N'hésitez pas à commenter.


    L'email fournit lors du dépôt d'un commentaire permet au système de contrôler que celui-ci n'est pas posté par un robot (publicité et indésirables). Il ne sera donc pas utilisé pour vous envoyer un mail.


    Autres astuces pour utiliser ce blog et aides pour blogueurs


  • Méta

  • blog tout beuvry sur le web

    © 2008
    Tous droits réservés.
    Reproduction (même partielle) interdite sans l'accord écrit de l'auteur.

Des élections mouvementées à Beuvry

Posté par Joël le 24 février 2010

Les premières élections municipales de Beuvry, en février 1790, furent plutôt tourmentées.

Sur le site Gen’Artois  j’ai trouvé le nom du premier maire de Beuvry, mais également le texte tiré du livre  » Villes et villages du Pas-De-Calais en 1790 « . Le voici ci-dessous dans sa version originale, dont la syntaxe pourrait vous surprendre.

On y parle notamment d’intrigues, de manœuvres et de cabales. Un  officier municipal fraichement élu a même été obligé de renoncer à son poste car il a reçu des menaces, il décrit les intimidations et actes de malveillance.

 

Élections du 1er au 18 Février 1790.

 

Le maire est élu, au premier tour, le 1er février.

Le 2, on vote pour la nomination des officiers municipaux, mais le dépouillement du scrutin est remis au 4. Ce jour là, en l’absence du curé BRASSART, victime d’une  » incommodité subite « , les fonctions de secrétaires sont confiées au vicaire PENIN ; sont déclarés élus Pierre LILLERS et Liévin LEQUIEN ; l’après-midi, un nouveau scrutin mène à l’élection d’un troisième officier municipal.

Le 5 février, après remplacement de l’un des scrutateurs, Télesphore DEROT absent, par Charles HU, élection des deux derniers officiers municipaux, du procureur et des notables.

Les noms des 12 notables ne seront toutefois proclamés que le 6.

La nomination du deuxième officier municipal, Liévin LEQUIEN, a été vivement contestée dès le 5 avec menace de se pourvoir auprès de l’Assemblée Nationale :

a) par Sébastien DELANSAY qui a fait insérer sa protestation au procès-verbal :  » je déclare m’opposé à l’élection de Liévin LEQUIEN, ci-devant se disant bailly de Beuvry… jusqu’à ce qui soit acquitté enver moi de ce qui me revient du legs de Mlle Philippine CHEVALIER qui me retien depuis plus de vingt huit années et dont je n’ai pu demandé le payement en justice à cause de mon peut de fortune…  » ;

b) par trois autres habitants, Emmanuel et Louis DEFAAUX, Augustin BASSECOURT qui s’opposent à la nomination  » faite par intrigue et cabale  » d’un homme qui s’est arrogé sans mandat de faire la recette des biens communaux et n’a pas rendu de comptes à la communauté, à quoi s’ajoutent d’autres  » raisons importantes  » qu’ils feront savoir en temps et lieu.

LEQUIEN se justifie en assurant

a) que la somme réclamée par DELANSAY est entre les mains du prince de Ghistelle,

b) qu’il a reçu le produit des herbes de 15 mesures du marais de Beuvry en réserve mais en a rendu compte à la communauté dûment convoquée, ajoutant que  » quant à la réserve qu’il s’étoit fait de s’opposer aux suffrages des sieurs DEFAUX et autres pour la nomination de la municipalité, il s’en désiste ».

Le 5 février, avant le dépouillement du scrutin de la veille pour l’élection des notables, trois habitants, Joseph BASSECOURT, Louis et Eloi TRINEL font consigner au procés-verbal  » qu’ils ont été témoins des cabales et manoeuvres qu’ils ont fait les enfants du sieur LEQUIEN et plusieurs autres de leurs parens pendant les assemblées pour les élections des officiers municipaux et celles des notables… qu’ils protestent des nullités comme l’élection des notables parce que les billets ont été donnés dans la maison du sieur LEQUIEN à tous ceux qui ne savoient ni lire ni écrire et qu’ils u avoient de ces enfants et de ces parens qu’ils couraoient les maisons et les rues et forçoieent à chacun à recevoir leurs billets pour faire nommer leur créatures, espérant par là éviter l’examen de ces comptes et de l’administration qu’il s’étoit attribué à lui seul plusieurs années…  »

Le dépouillement fait, l’assemblée observe que Louis DUSAUTOIR, qui a obtenu 53 voix, est le beau neveu de Philippe DERENTY ; au cas où ces liens de parenté ne lui permettraient pas d’exercer la charge de notable (ce qui n’est pas le cas) il serait remplacé par Jean TRONCQUOI qui a obtenu 42 voix sur 104.

LEQUIEN espose alors que  » différentes personnes ne sachant ni lire ni écrire se sont adréssées à ses enfants pour inscrire les noms des personnes qu’ils avoient choisis  » qu’il n’y a pas eu cabale, qu’il a rendu comte de sa gestion, que  » Joseph BASSECOURT qui a signé l’opposition e(s)t sous la puissance de sa mère, laquelle jouit de tous ce qui compose la communauté, et les deux nommés TRINEL…n’ont aucune priorité  » et qu’il n’y a pas lieu de s’arrêter à une opposition qui n’a recueilli aucune autre signature.  »

Au moment où le serment alloit être prêté, le sieur Félix POTTIER a remis à M. le président  » une nouvelle protestation ; signée de lui et de Jean Joseph LEBLANC, elle reprend les accusations précédentes contre LEQUIEN.

L’assemblée s’ajourne au 7 février.

A l’ouverture de la séance, Liévin LEQUIEN dit que  » la nuit dernière quelque malveilant ont osé une croix de paille à la porte de sa maison donnat sur la rue et aposé un billet au portail de l’église de Beuvry. Ce fait sont relatives à la nomination à la municipalité et dénote menace de mort s’il accepte cette charge d’officier municipal, pourquoi il s’en trouve forcé de s’en désisté… « . L’assemblée s’ajourne alors sine die.

Le 18 février, élection de l’officier municipal Pierre LEBLAN, appelé à remplacer LEQUIEN et prestation de serment.

 

Le passé électoral de Beuvry fut donc mouvementé. Cette série d’articles qui se termine, n’étant destinée qu’à faire un retour sur l’Histoire de notre ville, je n’ai pas souhaité continuer au-delà de 1971.

 

Joël DEPRETZ

Source :

Texte «  élections mouvementées » : http://pagesperso-orange.fr/dunatvincent/les%20elections%20de%201790/Beuvry.htm

Les articles liés à ce sujet sont consultables ici :
Histoire+des+élections+municipales+Françaises

 


 

Laisser un commentaire

 

"rat"(nimalerie)," rat"mate... |
Logiciels à télécharger |
plusdotage |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | promos viandes
| actuplanet
| chlochlodu77