• Visiteurs

    Il y a 1 visiteur en ligne
  • Total

  • Rechercher sur ce blog

    Sur la colonne de droite, vous pouvez rechercher un texte selon différents critères : derniers articles commentés, derniers articles publiés, mots-clés, catégorie de l'article, date,...
    N'hésitez pas à commenter.


    L'email fournit lors du dépôt d'un commentaire permet au système de contrôler que celui-ci n'est pas posté par un robot (publicité et indésirables). Il ne sera donc pas utilisé pour vous envoyer un mail.


    Autres astuces pour utiliser ce blog et aides pour blogueurs


  • Méta

  • blog tout beuvry sur le web

    © 2008
    Tous droits réservés.
    Reproduction (même partielle) interdite sans l'accord écrit de l'auteur.

Réduction des déchets et festival de l’arbre

Posté par Joël le 24 novembre 2016

 

L’association « les Albrans » vous accueillait samedi 19 novembre, salle UTRILLO à Beuvry. Cette après-midi citoyenne correspondait à sa 7ième  participation à la Semaine Européenne de Réduction des Déchets, mise en place par l’ADEME mais aussi à sa 2ième  participation au festival de l’arbre orchestré par le conseil régional des Hauts de France.

logo-SERDAlbrans Beuvry   festival-de-larbre 2016 dans Ecologie

 

Comme toujours l’association avait inscrit et fait validé ses actions dans le cadre d’opérations d’ampleur Européenne pour l’une et Régionale pour l’autre.

En effet, des opérations de sensibilisation aux problèmes environnementaux  sont mises en place par des instances Internationales, Nationales ou locales sur des journées ou des périodes définies et avec un intitulé précis (festival de l’arbre, fête de la nature, journée mondiale des zones humides, etc.).
Il est donc logique de s’inscrire dans ces cadres sans en déformer le sens ou l’intitulé.

 

Semaine Européenne de Réduction des déchets

Rodés à l’exercice, les Albrans ne se laissent pas pour autant entraîner par la routine. Certes les traditionnelles collectes de bouchons et de cartouches ont été réalisées, les affichages étaient présents et les documents de sensibilisation étaient à disposition du public.
Mais cette septième participation comportait une innovation : un atelier de fabrication de produits ménagers.
À la portée de tous, cette activité qui a connu un certain succès, a fait rimer écologie avec économies.

 

écologie beuvry écologie beuvry écologie beuvry écologie beuvry écologie beuvry écologie beuvry écologie beuvry écologie beuvry écologie beuvry écologie beuvry

 

Festival de l’arbre

Pour la seconde année consécutive, l’association a participé au festival de l’arbre organisé par le conseil régional. 

Au programme cette année :

« À chacun son bec » : Les oiseaux n’ont pas tous le même bec et se nourrissent différemment. Comment les reconnaître ?

Autre thème pour les enfants… et leurs parents : comment mesurer la hauteur d’un arbre ?

« Les Hauts de France et les forêts » : Les essences qui compostent les forêts de notre région.

J’ai présenté une synthèse sur un sujet très préoccupant : la chalarose, maladie qui s’attaque au frêne commun, ainsi menacé de disparition en Europe.

écologie beuvry écologie beuvry écologie beuvry écologie beuvry écologie beuvry écologie beuvry écologie beuvry écologie beuvry écologie beuvry

 

 

Liens :

Site officiel de la SERD

Le Festival de l’Arbre en 12 questions

Festival de l’arbre et SERD chez les Albrans : édition 2016

Le frêne commun menacé de disparition

Je n’en sais rien et ça m’est égal…

La gestion des déchets ménagers, vue de Beuvry

 


Publié dans Comprendre pour Agir, Ecologie, Forêt, Les Albrans | Pas de Commentaire »

29 mai 1346 : le premier code forestier

Posté par Joël le 29 mai 2016

 

Comme chacun d’entre vous sans doute, j’ai plusieurs centres d’intérêts, dont certains se retrouvent de temps en temps sur ce blog. Parmi ces centres d’intérêts, sous le savez, il y a nature et l’Histoire. Aujourd’hui, je vous parlerai des deux à la fois.

Quel rapport entre les deux me direz-vous ?
La Forêt !
En effet, la législation forestière française plonge ses racines dans l’histoire…

À partir du XIVème siècle, on voit apparaître une grande quantité d’édits et d’ordonnances qui réglementent d’abord l’exploitation des forêts royales, puis celle de toutes les forêts du royaume.

Déjà en 1291, Philippe le Bel créa la première administration des eaux et forêts.

Le 29 mai 1346, Philippe VI instaure le premier Code forestier avec l’ordonnance de Brunoy.

Bien plus tard, en 1669, une ordonnance de Colbert visera à assurer la conservation de la ressource forestière en définissant de véritables principes de gestion.

Mais avant de poursuivre, et comme nous sommes le 29 mai, je vous propose un petit zoom sur une ordonnance royale signée il y a exactement 670 ans.

L’Ordonnance de Brunoy : les prémices d’une réflexion sur la durabilité des ressources forestières

La « Charte des eaux et forêts » ou « Ordonnance de Brunoy » est la première réglementation forestière en langue française connue. Elle est considérée par les historiens comme la première forme de protection de l’espace naturel. Cette ordonnance royale survient après une longue phase de croissance économique, qui a conduit à d’importants défrichements et à la surexploitation de la forêt.

Elle fut édictée le 29 mai 1346 par Philippe VI de Valois dans son château de Brunoy, en forêt de Sénart (1). Le roi de France décide de ne plus accorder de droits d’usage (2) dans les forêts du domaine royal.

philippe VI

L’idée est de préserver les ressources forestières, notamment dans son article 4 :
«  les maîtres des eaux et forêts enquerront et visiteront toutes les forez et bois et feront les ventes qui y sont, en regard de ce que lesdites forez se puissent perpétuellement soustenir en bon estat ».

L’ordonnance prescrit par ailleurs une planification des prélèvements.

Quelques autres dates qui ont marqué la législation forestière française.

Malgré ce premier code forestier de 1346, en 1520, la forêt ne représente plus que 25 % du territoire national. Au XVIIe siècle, Colbert et Louis XIV ont besoin de bois pour les constructions de maisons et de bateaux.

Ainsi, de 1661 à 1669, un nouveau code est élaboré visant à réorganiser l’exploitation sylvicole et en assurer la pérennité. L’Ordonnance de 1669 « sur le fait des Eaux et Forêts », rédigée sous l’impulsion de Colbert, vise à protéger et restaurer les ressources forestières.

29 mai 1346 : le premier code forestier dans Ce blog - son auteur code-1827

En 1827 la France se dote d’un nouveau Code forestier (la forêt ne représente plus que 16% du territoire).

Durant le 20ième siècle de nombreuses dispositions viennent améliorer la préservation des espaces boisés, notamment avec la création des divers organismes comme l’ONF et deux refontes importantes du Code forestier (1952 et 1979).

En 1963, une gestion prévoyante et raisonnée est imposée à la forêt privée par le biais des « Plans simples de gestion » dont l’obligation, initialement fixée aux forêts de plus de 25 ha, sera étendue par la loi d’orientation forestière en 2001 à celles de plus de 10 ha.

Suite à Adoption de la loi d’orientation sur la forêt en 2011, le nouveau code forestier est entré en vigueur le 1er juillet 2012. Sur le fond, peu de changements ont eu lieu. Ceux-ci concernent notamment la défense des forêts contre l’incendie et la définition des infractions forestières. Sur la forme, il a été simplifié pour apporter une plus grande lisibilité.

 

Relire aussi :

Le reboisement en France vu de Beuvry

Des Forêts et des Hommes

La déforestation : l’exemple de Brocéliande

Rétrospective 2011 : Année internationale des forêts

La France refond son code forestier

Festival de l’arbre à Beuvry

 

Notes :

(1) Brunoy se situe à vingt et un kilomètres au sud-est de Paris dans le département de l’Essonne.

(2) Le droit d’usage désigne le plus souvent les droits d’une communauté villageoise de prendre du bois ou de faire paître le bétail dans une forêt seigneuriale.


Publié dans Ce blog - son auteur, Ephéméride, Forêt, Histoire | Pas de Commentaire »

Festival de l’arbre à Beuvry

Posté par Joël le 4 décembre 2015

Dimanche 29 novembre, la salle Robert Hazebrouck à Beuvry était ouverte pour le Festival de l’arbre.

albrans beuvry

 

La branche écocitoyenne, la branche art et culture, ainsi que la branche chasse de l’association Beuvrygeoise « Les Albrans » aux côtés de l’association départementale « La Chasse au Féminin » : 
albrans beuvry albrans beuvry  albrans beuvry albrans beuvry  albrans beuvry  albrans beuvry albrans beuvry  albrans beuvry albrans beuvry

Activités créatives et concours de dessins pour les enfants… 

albrans beuvry albrans beuvry

A lire également, sur le blog des Albrans :
Festival de l’arbre : Les Albrans ont exposé
Semaine Européenne de Réduction des déchets


Publié dans Ecologie, Forêt, Les Albrans, Manifestations | Pas de Commentaire »

La France refond son code forestier

Posté par Joël le 8 février 2012

L’année internationale des forêts (2011) était une année de sensibilisation aux problèmes des arbres en général et de la déforestation en particulier.

Mais comme on l’a vu, le sujet reste important les années suivantes.

Ainsi, l’ordonnance n° 2012-92 du 26 janvier 2012 a attiré mon attention. Elle correspond à la refonte de son code forestier.

 

Pourquoi un tel article sur un blog de Beuvry ?

Beuvry a connu une grande manifestation en mai 2011 sur le thème de la forêt.

La ville voit enfin son espace boisé s’agrandir sensiblement.

Autant dire que ce sujet a bien sa place sur ce blog.

En prenant un peu de temps pour lire ce qui suit, vous verrez que cette ordonnance n° 2012-92 peut tous nous intéresser.

 

Origine de cette refonte du code forestier

Le Code forestier existe depuis 1827 (voir mon article sur le reboisement). Après deux refontes anciennes, en 1952 puis en 1979, il est à nouveau apparu que les réformes survenues au fil du temps rendaient peu lisible et complexe le code tel qu’il existait.

L’article 69 de la loi du 27 juillet 2010 de modernisation de l’agriculture et de la pêche avait habilité le Gouvernement à réformer par ordonnance le Code forestier.

 

Que contient la nouvelle mouture du Code Forestier ?

Peu de changement sur le fond, mais des modifications tout de même :

La législation concernant la défense de la forêt contre l’incendie est renforcée.

Les sanctions pénales et administratives sont harmonisées et simplifiées.

Des dispositions visant à favoriser le remembrement forestier sont créées et intégrées dans le Code.

 

Ce nouveau plan est plus clair et plus simple

Le livre Ier comprend les dispositions communes, applicables indépendamment du régime de propriété, relatives notamment à la gestion durable en matière forestière, à la défense des forêts contre l’incendie ou au rôle de protection des forêts.

Le livre II traite du régime forestier, dont relèvent les bois et forêts de l’Etat, des collectivités locales et de certaines personnes morales, auxquels des règles spécifiques de délimitation, d’aménagement et d’exploitation sont applicables, et dont la mise en œuvre est assurée par l’Office national des forêts.

Le livre III est consacré aux règles qui régissent les bois et forêts des particuliers.

 

Entrée en vigueur le 1er juillet 2012 au plus tard.

 

Quelques notions à retenir en tant que simples citoyens que nous sommes :

Obligations des propriétaires en matière de lutte contre l’incendie

Objectif : Clarifier les obligations auxquelles sont soumis les propriétaires en cas de superposition d’obligations différentes sur une même parcelle ; faciliter l’adaptation aux réalités locales des modalités d’exécution de certaines mesures de prévention ; favoriser l’information sur les obligations en matière de débroussaillement…

 

Définition de « l’infraction forestière »

Objectif : Harmoniser, clarifier, moderniser et simplifier les dispositions relatives aux agents chargés de procéder aux contrôles administratifs et à la constatation des infractions (y compris en modifiant la liste de ces agents et l’étendue de leurs pouvoirs et en réformant, supprimant ou instaurant les sanctions encourues).

 

Pour la première fois une définition « l’infraction forestière » est clairement donnée.

Elle recouvre non seulement les infractions au code forestier mais aussi certaines infractions en matière de dépôts d’ordures ou de stationnement, lorsqu’elles sont commises dans les bois et forêts. De même que les contraventions aux arrêtés de police municipale destinés à prévenir les incendies, les éboulements ou la divagation des animaux dangereux.

 

Les conditions d’application des amendes forfaitaires sont aussi précisées

L’ordonnance prévoit également la possibilité de prononcer des « sanctions-réparation ».

 

Pour en savoir plus :

Ordonnance n° 2012-92 du 26 janvier 2012 relative à la partie législative du code forestier

Le reboisement en France vu de Beuvry

 


Publié dans Comprendre pour Agir, Forêt, Géographie | Pas de Commentaire »

Présentation du chêne-liège

Posté par Joël le 16 mai 2011

Aujourd’hui, un petit article qui pourrait servir d’indice pour les enfants qui viendront sur salon « partageons la forêt ».

Présentation du chêne-liège dans Biodiversité liege

Le chêne-liège (Quercus suber L.) est un arbre à feuilles persistantes du genre Quercus (le chêne), exploité pour son écorce qui fournit le liège.

Cet arbre, qui peut vivre 150 à 200 ans, voire 800 ans et atteindre 20 à 25 m de haut (le plus grand ayant atteint 43 m), ne dépasse généralement pas 12 à 15 m.

 

Importance des forêts de chênes-lièges

Les forêts de chênes-lièges (suberaies) sont importantes pour la préservation de la biodiversité (classement Natura 2000) ; on y trouve des espèces protégées comme le lynx ibérique ou l’aigle impérial.

La suberaie méditerranéenne abrite 135 espèces de plantes, 24 de reptiles et d’amphibiens, 160 espèces d’oiseaux et 37 de mammifères.

Ces milieux jouent également un rôle dans la régulation du cycle hydrologique et la protection des sols.

Mais aussi, en plus de la possibilité qu’il a de produire de l’oxygène, comme tous les arbres, le chêne a une structure cellulaire unique qui lui permet de conserver le dioxyde de carbone, le principal responsable du réchauffement climatique.

 

Production de liège

La répartition géographique de l’espèce est définie par ses exigences écologiques qui sont de quatre ordres : exigence en lumière, chaleur, humidité et refus des sols calcaires.

Le chêne-liège est thermophile, c’est-à-dire qu’il pousse sous des climats tempérés à hivers doux car il craint les fortes gelées persistantes et a besoin d’une période de sécheresse en été pour prospérer

Comme nous l’avons vu dans l’article précédent, on ne replante pas n’importe quel arbre n’importe où.

 

Quatre pays, le Portugal, l’Espagne, l’Algérie et le Maroc représentent 91 % de la suberaie mondiale, qui couvre au total 2,687 millions d’hectares.

Les autres pays producteurs sont la France (Corse, Pyrénées-Orientales, Var, Aquitaine), l’Italie (Sardaigne surtout) et la Tunisie (Kroumirie).

La production annuelle mondiale de liège s’élève à 340.000 tonnes, (dont 54 % pour Portugal).

écorce de chêne liège bouchons en liège

Utilisation du liège

Son utilisation principale reste bien sûr le bouchon.

Pour éviter que le liège ne parte à la déchetterie, les bouchons peuvent être recyclés.

Le liège est ainsi récupérer et retrouve une seconde vie.

 

Liens utiles

Vidéo et explications : comment prélève-t-on le liège ?

Collecte de bouchons sur le salon


Publié dans Biodiversité, Forêt, Le saviez-vous ? | Pas de Commentaire »

Le reboisement en France vu de Beuvry

Posté par Joël le 13 mai 2011

 

L’année 2011 a été déclarée année internationale des forêts par l’ONU.

Il en a été question à plusieurs reprises sur ce blog, comme sur bien d’autres blogs ou sites.

Il en sera question à Beuvry lors du salon « Partageons la forêt » les 21 et 22 à la maison du parc.

La principale motivation de cette année 2011 est la préservation de la forêt et de ses richesses, et la lutte contre la déforestation.

Qu’en est-il aujourd’hui en France et dans la région en particulier ?

logo officiel en français 2011 année internationale des fortêts + slogan

 

Déforestation et reboisement en France 

Chiffres repères de la forêt française :

400.000 km2 à son maximum aux environs de 6.500 ans avant notre ère (40 millions d’hectares)

  75.000 km2 à son minimum au milieu du XIXe siècle (7,5 millions d’hectares)

155.000 km2 aujourd’hui (15,5 millions d’hectares)

 

Jusqu’au milieu du XIXème siècle, la déforestation a peu à peu ravagé le paysage français.

La croissance démographique engendrait l’augmentation des surfaces agricoles, la croissance des besoins en bois de chauffage et bois d’œuvre. Ce qui a conduit à des défrichements et des extractions de bois considérables.

Si bien que la surface forestière fut réduite à 13,6% du territoire.

 

Prise de conscience pourtant ancienne

Si le recul atteint au XIXème siècle a été un signal d’alarme, notons quand même que déjà en 1669, le royaume avait adopté la « Grande Ordonnance » qui fixait des règles d’exploitation tenant compte « de l’état et de la possibilité de chaque forêt » avec un effort de reboisement.

Un peu moins de deux siècles plus tard, en 1827, l’État adoptait le Code forestier qui existe toujours (avec des modifications, naturellement).

Ainsi, toutes les forêts publiques ou privées de plus de 10 ou 25 ha, selon les régions, dépendent d’un document de gestion approuvé par les pouvoirs publics.

 

Plus d’un siècle de préservation de la forêt

Grâce aux efforts menés depuis plus d’un siècle, la France a su enrayer la déforestation avec la mise en place d’une gestion efficace des forêts. Elle possède aujourd’hui une surface boisée représentant environ 27 à 28% du territoire, soit l’équivalent de celle du Moyen-âge.

La forêt n’en reste pas moins encore en danger. La multiplication des incendies provoque chaque année la destruction de milliers d’hectares.

Le Fonds forestier national a été créé, en 1946, pour soutenir financièrement (par des prêts et subventions d’investissement) une politique nationale de boisement et de reboisement.

Á ce jour, la superficie boisée avec le concours du Fonds forestier national est de l’ordre de 2.500.000 ha.

 

Si la surface forestière continue de s’étendre actuellement en moyenne de 50.000 ha par an, cette augmentation cache des disparités : les zones périphériques perdent une part de leur surface forestière, tandis que les zones plus rurales et montagnardes continuent au contraire à s’accroître.

 

Cas particulier du reboisement dans le Nord – Pas-de-Calais

En effet, bien que la surface des forêts françaises ait doublé depuis 1850 et couvre aujourd’hui un peu plus de 27% du territoire (soit 15 millions d’hectares), la région Nord-Pas de Calais souffre d’un déficit important.

 

La région Nord – Pas-de-Calais a une surface boisée de 128.000 hectares.

Son taux de boisement (environ 7,5% de la surface régionale) étant le plus bas en France métropolitaine (environ 27 % en moyenne).
De plus, les zones boisées sont très morcelées.

Ce manque de couverture forestière et de maillage écologique engendre une disparition de la biodiversité, une érosion des sols, un risque accru d’inondations.

 

La région veut multiplier par deux ses surfaces forestières en 30 ans.

L’annonce en a été faite en session du Conseil régional, le 13 mai 2009 : le « plan forêt régional » est lancé, il a été adopté à l’unanimité.

Une mesure qui vise à aider la filière bois et améliorer la qualité de vie, mais se heurte à la colère des agriculteurs qui craignent d’être privés de terrains.

 

Des associations au cœur des actions de reboisement

En troquant la télécommande contre un clavier, ont s’aperçoit facilement que de nombreuses associations de la région participent activement à la sensibilisation, l’information sur le reboisement.

 

Pour ne citer que deux exemples locaux :

L’association « honneur et patrie » est à l’initiative d’une plantation de 75 arbres à Choques. 25 de ces arbres ont été plantés avec la participation de 2 classes de CE1 de l’école Notre Dame de Lourdes à Béthune dans le cadre d’un projet pédagogique.

L’association les Albrans s’est associée à la plantation de près de 200 arbres à Contes, près d’Hesdin (voir en cliquant ici).

 

D’autres projets cohérents à l’initiative de collectivités, d’associations, ou simplement de propriétaires privés, ont déjà vu le jour et se poursuivent…

Dans la mesure où ses opérations de reboisement concernent des espèces locales et sont compatibles avec la nature des sols, on ne peut que se réjouir de toutes les initiatives (privées ou publiques), surtout au regard des chiffres évoqués ci-dessus. 
Ainsi, de nombreux projets utilisent à bon escient les espèces locales, grâce à des études cohérentes réalisées par des professionnels.

 

Petit lexique

Le terme « reboisement » décrit plus souvent des plantations de main d’homme que la régénération naturelle.

De manière générale, on retient que « le reboisement est l’opération qui consiste à restaurer, ou créer, des zones boisées ou des forêts ».

Voyons quelques termes pour être plus précis :

Reboiser

En sylviculture, c’est planter des arbres sur un terrain qui avait été préalablement déboisé c’est à dire supprimées par coupe rase (ou « coupe à blanc ») ou détruits par différentes causes dans le passé (surexploitation, incendie de forêt, surpâturage, guerre…).

Reforestation

La notion de « reforestation », laisse supposer un objectif plus ambitieux en termes de surface et de qualité écologique ou paysagère que celle de reboisement. L’objectif étant alors généralement de restaurer un écosystème de type forestier, atteignant donc une superficie assez significative pour justifier le qualificatif de forêt.

Afforestation

L’afforestation, ou boisement, est une plantation d’arbres ayant pour but d’établir un état boisé sur une surface longtemps restée dépourvue d’arbre, ou n’ayant éventuellement jamais (aux échelles humaines de temps) appartenu à l’aire forestière.

Sylviculture

Du latin silva : forêt

Entretien et exploitation rationnelle des forêts. On dit aussi que « c’est l’art et la science de cultiver les forêts ».La sylviculture a pour rôle de faire évoluer les forêts, en mettant à profit les facteurs écologiques et les potentialités naturelles, afin d’optimiser durablement les produits et les services que l’homme peut en attendre.

Le sylviculteur veille principalement à la régénération, à la récolte et à l’éducation des forêts.

Cycle sylvigénétique ou sylvogénétique

La forêt existe depuis bien longtemps avant l’apparition de l’homme et ne l’a pas attendu pour évoluer et se perpétuer.

Une forêt sauvage (non exploitée par l’homme) évolue naturellement selon des cycles dits « sylvigenétiques » ou « sylvogénétiques » qui caractérisent des dynamiques successives d’évolution interne de la forêt et de ses milieux.

 

Publié dans Biodiversité, Comprendre pour Agir, Forêt, Lexique | 7 Commentaires »

Partageons la forêt

Posté par Joël le 12 avril 2011

 

Partageons la forêt

Tel est le thème du deuxième salon organisé par l’association Beuvrygeoise  » Les Albrans «  

affiche salon albrans 2011

 

Cliquez ici pour ouvrir la page consacrée au salon 2011 sur le blog des Albrans afin d’obtenir des détails…

Cette page s’enrichit à chaque nouvel article, pensez à la visiter régulièrement.

 

Quelques photos du salon des 29 et 30 mai 2010 : Chasse Pêche & Environnement autour du marais

président association les albrans beuvry 62660 conservatoire des sites naturels du nord pas de calais à Beuvry 62poisson exposition concours  dessin enfants beuvry dessins enfants écoles beuvrydessin d'enfants poissons association jardiniers de france beuvry Pas-deCalais Mickaël duhaut artisant paysagiste beuvry 62660 presse jus de pomme salon nature 62 beuvry  fontaine chocolat salon gastronomie solon gastronomie charcuterie beuvry don d'organe renard empaillé exposé au salon chasse beuvry roger beuvry garde-chassecuir chasse peche à la mouche artiste peintre exposition beuvry exposition peintures beuvry peintre beuvry exposition peintures beuvryexposition peintures beuvry   artiste peintre exposition beuvry sonneurs succès du salon de l'environnement beuvry 2010 premier salon environnement albrans beuvry tirage tombola

Cliquez ici pour ouvrir la page récapitulative du salon 2010..


 


 

Publié dans Biodiversité, Forêt, Immanquable, Les Albrans, Manifestations, Peinture - Art | Pas de Commentaire »

La déforestation : l’exemple de Brocéliande

Posté par Joël le 25 février 2011

 

Au travers de la redécouverte des cours d’eau régionaux, on s’aperçoit qu’il n’est pas nécessaire de faire des milliers de kilomètres pour avoir des choses à voir.
Je continuerai prochainement ce panorama régional.
Poussons un peu plus, mais pas trop… Allons en Bretagne, cela ne nous perturbera pas du point de vue climat…

 

A l’occasion de l’année internationale des forêts, dont nous aurons l’occasion de parler à Beuvry, regardons l’évolution d’une forêt légendaire.

La forêt de Paimpont, plus connue sous le nom de forêt de Brocéliande.

Cette vidéo est très instructive, d’un point de vue historique et écologique, est aussi une invitation au voyage.

http://www.dailymotion.com/video/xdfnwl

 

Je vous conseille vivement cette belle balade en famille. Prévoir une journée, et préparez votre excursion avec un document reprenant  les lieux mystérieux…

Si vous passez quelques jours dans le secteurs, prévoyez aussi une journée sur le domaine de Trémelin, moins connu, mais où vous pourrez essayer de sortir Excalibur, l’épée du Roi Arthur de son rocher.

 forêt de brocéliande

Liens :

Partageons la forêt

2011 – Année Internationale des forêts

logo officiel 2011 année Internationale des forêts - français + slogan

 

 

 

 


 

Publié dans Forêt, Géographie, Histoire, Vidéo | 3 Commentaires »

Des Forêts et des Hommes

Posté par Joël le 6 février 2011

Ce 2 février a eu lieu le lancement de l’année internationale des forêts lors de la neuvième session du Forum des Nations Unies sur les Forêts (FNUF) qui s’est tenu du 24 Janvier au 4 Février 2011 au Siège de l’ONU.

Yann Arthus-Bertrand a été mandaté par les Nations Unies pour réaliser le film officiel de l’Année Internationale des Forêts.


Après le succès du film « Home« , vu par 400 millions de personnes, le photographe s’est lancé dans la réalisation d’un film court de 7 minutes orienté sur les forêts et composé d’images aériennes du film « Home » et des émissions de « Vu du Ciel ».

http://www.dailymotion.com/video/xgwmlh

 

Biodiversité, loisirs, sylviculture : le bois en tant que matériau ou encore stockage de carbone et énergie renouvelable,… les forêts font partie de notre quotidien et jouent un rôle vital pour la survie et le bien-être des peuples à travers le monde.

Beuvry, à l’initiative de l’association « Les Albrans », célébrera aussi cet événement international les 21 et 22 mai.  

logo officiel 2011 année Internationale des forêts

Liens :

L’année Internationale des Forêts à Beuvry 62660 : Partageons la forêt 

Site officiel des Nations Unies : Year of Forests, 2011(Anglais)

Vocabulaire de la forêt 

 

Publié dans Comprendre pour Agir, Forêt, Géographie, Vidéo | Pas de Commentaire »

2 février : journée mondiale des zones humides.

Posté par Joël le 31 janvier 2011

Journées mondiales, semaines Européennes, années internationales, journées Nationales…

Pour un peu, on s’y perdrait !

Afin de vous y retrouver je vous propose cette page qui reprend la liste de ces journées particulières :
Journée mondiale, nationale, internationale, … 

(Cette page s’enrichit progressivement de liens vers des articles détaillant ces journées)

Cette semaine, une journée devrait attirer l’attention des personnes qui s’intéressent vraiment à l’environnement.

En effet, chaque année le 2 février, nous célébrons la « journée mondiale des zones humides »

bande dessinée

 

Pourquoi avoir choisi cette date ?

Il s’agit de la signature de la convention pour la protection des zones humides, appelée aussi « Convention de Ramsar » (en Iran) où elle a été signée le 2 février 1971.

Ce traité sert de cadre à l’action nationale et à la coopération internationale pour la conservation et l’utilisation des zones humides et de leurs ressources. Il concerne aujourd’hui 160 pays et 1910 sites sur 186.948.620 hectares.

2 février : journée mondiale des zones humides. dans Biodiversité imgactu,ZmJyZXVpbC9pbWFnZXMvcmFtc2FyLTIwMTE=,1

Le thème de cette année :

Le thème de la Journée mondiale des zones humides 2011, les zones humides et les forêts, a été choisi spécialement parce que 2011 a été déclaré « année internationale des forêts » par les Nations Unies.

 

Le slogan de cette année :

Les forêts : vitales pour l’eau et les zones humides

 

Liens utiles :

Télécharger gratuitement les masques pour les enfants : ICI 

Télécharger gratuitement la brochure officielle de la journée : ICI

 

Présentation détaillée de la Convention Ramsar

Les 36 zones humides classées « sites Ramsar » en France

Journée mondiale des zones humides et les Albrans

 

Années nationales, internationales,… de quoi s’agit-il ?

Journée mondiale, nationale, internationale, … La liste complète

Vocabulaire de la forêt

Vocabulaire de l’eau


 


 

Publié dans Biodiversité, Eau, Ecologie, Forêt | Pas de Commentaire »

 

"rat"(nimalerie)," rat"mate... |
Logiciels à télécharger |
plusdotage |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | promos viandes
| actuplanet
| chlochlodu77