• Visiteurs

    Il y a 3 visiteurs en ligne
  • Total

  • Rechercher sur ce blog

    Sur la colonne de droite, vous pouvez rechercher un texte selon différents critères : derniers articles commentés, derniers articles publiés, mots-clés, catégorie de l'article, date,...
    N'hésitez pas à commenter.


    L'email fournit lors du dépôt d'un commentaire permet au système de contrôler que celui-ci n'est pas posté par un robot (publicité et indésirables). Il ne sera donc pas utilisé pour vous envoyer un mail.


    Autres astuces pour utiliser ce blog et aides pour blogueurs


  • Méta

  • blog tout beuvry sur le web

    © 2008
    Tous droits réservés.
    Reproduction (même partielle) interdite sans l'accord écrit de l'auteur.

Préservation des zones humides : entre belles déclarations et réalité

Posté par Joël le 2 février 2015

 

Le 2 février est, pour ceux qui se préoccupent réellement de la préservation de notre planète, une journée particulière. Nous célébrons la journée mondiale des zones humides pour commémorer la signature de la Convention sur les zones humides, le mardi 2 février 1971, dans la ville iranienne de Ramsar, au bord de la mer Caspienne.

 

La Convention de Ramsar a pour mission :

« La conservation et l’utilisation rationnelle des zones humides par des actions locales, régionales et nationales et par la coopération internationale, en tant que contribution à la réalisation du développement durable dans le monde entier ».

 

L’édition 2015 a pour thème :

« des zones humides pour notre avenir ». L’objectif est de souligner le rôle fondamental des zones humides face au changement climatique et ses conséquences. Les zones humides jouent en effet un rôle de régulateur climatique car elles atténuent le réchauffement climatique global.

 

Entre belles déclarations et réalité

Malgré ces instances Internationales, ces journées destinées à faire prendre conscience de la fragilité de notre écosystème, de nombreuses zones humides sont menacées. Des zones sensibles sont même parfois menacées dans des pays qui communiquent beaucoup sur l’environnement, sans mettre en corrélation les déclarations et les décisions.

 

Cette préoccupation, cet intérêt pour la préservation des zones humides, comme d’autres préoccupations (réduction des déchets, préservation des ressources en eau, lutte contre le gaspillage alimentaire…) est symbolisée par une journée d’action et de sensibilisation.

Pour autant, c’est toute l’année qu’il faut agir et sensibiliser sur ces sujets importants. Mais en dehors de périodes où certaines personnes ont besoin d’être vues en public, il est parfois difficile de mobiliser les foules, nous en avons fait l’expérience lors de la journée consacrée à la lutte contre le gaspillage alimentaire dans le cadre de la semaine Européenne de réduction des déchets le 22 novembre 2014.

 

Face à un tel désintérêt, il arrive que les plus motivés fatiguent et abandonnent toute idée d’action future.
Au lieu d’essayer de changer le comportement des autres, il est sans doute plus simple d’agir comme on voudrait qu’ils le fassent. A chacun ensuite de suivre,… ou pas.

 

Se préoccuper de ces sujets, ce n’est pas forcément avoir une position « d’intello », ce n’est pas forcément être seul, le nez plongé dans les bouquins, cela peut être l’occasion de moment en famille ou entre amis. Pour cette édition 2015 de la journée mondiale des zones humides j’ai choisi de partager quelques clichés personnels pris l’été dernier.

marais salants hyères zone humide marais salants hyères zone humide marais salants hyères zone humide marais salants hyères zone humide marais salants hyères zone humide marais salants hyères zone humide marais salants hyères zone humide marais salants hyères zone humide marais salants hyères zone humide marais salants hyères zone humide marais salants hyères zone humide

 

A lire ou à relire :

Je n’en sais rien et ça m’est égal…

Le syndrome de Cassandre


Publié dans Ce blog - son auteur, Comprendre pour Agir, Eau, Ecologie, Ephéméride | 1 Commentaire »

Population de Beuvry au 1er janvier 2015

Posté par Joël le 2 janvier 2015

 

Si on fait une rétrospective des événements qui se sont déroulés à Beuvry en 2014, on peut citer le recensement de la population. Les résultats de ce recensement ne seront pas connu cette année.

J’ai traité ce dossier, comme celui du transport en commun urbain et quelques autres encore, sans forcément avoir été beaucoup suivi. On remarque d’ailleurs que certaines déclarations sur des sujets de ce genre laissent apparaitre un manque de connaissance. C’est bien dommage quand on sait qu’un grand nombre d’informations sont consultables facilement sur internet.

 

Ainsi, comme je l’ai déjà expliqué plusieurs fois, les populations légales sont calculées conformément au décret n° 2003-485 du 5 juin 2003. C’est ainsi que les populations légales 2012 entrent en vigueur le 1er janvier 2015 et se substituent aux populations légales 2011. Le décret No 2014-1611 du 24 décembre 2014 authentifie les chiffres des populations.

 

Quels sont les chiffres à retenir ?

La population totale en France métropolitaine et DOM est de 65.241.241 habitants (dont 63.375.971 pour la France métropolitaine).

La population totale du Nord – Pas-de-Calais au 1er janvier 2015 est de 4.118.776 habitants.

La population totale de Beuvry est officiellement au 1er janvier 2015 est de 9.270 habitants.

 

A titre comparatif, voici les chiffres de la population Beuvrygeoise ces dernières années :

2009 : 9295 Habitants.

2010 : 9203 Habitants

2011 : 9111 Habitants

2012 : 9022 Habitants (résultat du recensement de 2009)

2013 : 8982 Habitants

2014 : 9069 Habitants

 

Population officielle au 1er janvier 2015 = population totale 2012

Population municipale : 9.097

Population comptée à part : 173

Population totale : 9.270

Population de Beuvry au 1er janvier 2015 dans Le saviez-vous ?

Quelques rappels

La population municipale comprend les personnes ayant leur résidence habituelle sur le territoire de la commune. Elle inclut les personnes sans abri ou résidant habituellement dans des habitations mobiles recensées sur le territoire de la commune ainsi que les détenus dans les établissements pénitentiaires de la commune.

La population comptée à part comprend certaines personnes dont la résidence habituelle est dans une autre commune mais qui gardent un lien de résidence avec la commune. Elle comprend, par exemple, les élèves ou étudiants majeurs qui logent pour leurs études dans une autre commune mais dont la résidence familiale est située sur le territoire de la commune ou les personnes résidant dans une maison de retraite située dans une autre commune mais qui ont conservé une résidence familiale sur le territoire de la commune.

 

Je vous invite à consulter le dossier :

2009+Recensement+de+la+Population+Beuvry

Publié dans Le saviez-vous ?, Présentation de Beuvry, Quoi de neuf ? | Pas de Commentaire »

Joyeux Noël 2014

Posté par Joël le 19 décembre 2014

 

Même si je ne suis pas pour les achats massifs dans le temple de la consommation (car rien ne remplace la volaille et les légumes achetés à la ferme voisine) je n’ai pas pu résister à partager cette vidéo pour souhaiter d’heureuses fêtes de fin d’année, et un Joyeux Noël.

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Ce blog - son auteur, Humour, Insolite, Musique | Pas de Commentaire »

Je n’en sais rien et ça m’est égal…

Posté par Joël le 29 novembre 2014

 

Une semaine après la journée de sensibilisation à la réduction des déchets et au scandale du gaspillage alimentaire, la déception du manque de public et la fatigue d’une organisation chronophage laissent place à la réflexion.

 

Il s’agissait de la 5ième participation de l’association « Les Albrans », à la Semaine Européenne de Réduction des Déchets, dont les actions sont labellisées par l’ADEME.

Si l’on interrogeait toutes ces personnes conviées, et qui ne sont pas venues, en posant une seule question :

« Qu’est-ce qui est le plus grave : la méconnaissance des problèmes qui menacent les générations futures ou l’indifférence face à l’avenir sombre que l’on transmet à nos enfants et petits enfants ? »

La réponse la plus fréquente serait probablement « Je n’en sais rien et ça m’est égal ».

 

On a pourtant pu lire ou entendre il y a moins d’un an que certain(e)s Beuvrygeoi(e)s étaient très motivé(e) par l’écologie et la solidarité.

D’ailleurs bon nombre de ces personnes nous avaient rendu une première visite lors de la 4ième édition l’an dernier. Elles en savent peut-être plus que les intervenants venus prêter main forte aux Albrans et n’avaient donc pas besoins de venir s’informer ? On peut le comprendre, mais dans ce cas, c’est vraiment dommage, que ces personnes ne soient pas venues partager leurs connaissances.

 

En cette période, les campagnes de collectes alimentaires démontrent que de plus en plus de personnes dépendent de la solidarité et parallèlement à cela le volume du gaspillage alimentaire dans le monde dépasse très largement le volume nécessaire pour nourrir les 870 millions de personnes qui ne mangent pas à leur faim.

Les événements climatiques de cet automne dans le nord (température d’octobre de plus de 10° à la normale et absence de gelée en novembre, du jamais vu dans les archives météorologiques) et dans le sud (pluies diluviennes et montées des eaux inédites) confirment le dernier rapport scientifique porté à la connaissance du public il y a quelques semaines. Ce rapport explique que les prévisions les plus pessimistes sur le réchauffement global devraient probablement être dépassées.

Pourtant samedi dernier peu de Beuvrygeois ont été curieux de savoir ce qu’ils pouvaient essayer de faire pour inverser la tendance sur ces 2 phénomènes qui menacent notre société.

 

Face à ce constat, l’heure est bien à la réflexion. Faut-il simplement continuer à agir du mieux que l’on peut en essayant juste de convaincre nos proches qui n’auraient pas encore fait les efforts que nous faisons au quotidien, ou faut-il s’acharner à dépenser toute son énergie pour prêcher dans le désert ? A l’heure actuelle, nous n’avons pas la réponse.

Merci aux personnes venues samedi et en particulier aux élus, représentants d’associations, ou simples consom’acteurs des communes avoisinantes qui ont compris les enjeux et reconnaissent le travail des Albrans.

 

Publié dans Ce blog - son auteur, Comprendre pour Agir, Ecologie, Les Albrans, Quoi de neuf ?, Solidarité | 4 Commentaires »

Actions dans le cadre de la Semaine Européenne de Réduction des Déchets

Posté par Joël le 12 novembre 2014

 

Actions dans le cadre de la Semaine Européenne de Réduction des Déchets dans Comprendre pour Agir affiche-reduction-des-dechets-2014

 


Publié dans Comprendre pour Agir, Ecologie, Immanquable, Les Albrans, Manifestations, Solidarité | Pas de Commentaire »

Préparation de la 5ième édition : Ensemble, redonnons vie à nos déchets

Posté par Joël le 3 novembre 2014

 

Pour la Semaine Européenne de Réduction des Déchets, l’association Beuvrygeoises « les Albrans » vous invite à préparer les collectes qui auront lieu :

 

le samedi 22 novembre 2014 de 10h00 à 18h00

Salle Robert Hazebrouck – Prévôté de Gorre à BEUVRY

 

- Bouchons en plastique et bouchons en liège (séparément SVP)

- Capsules Nespresso et gourdes de compotes à boire (genre Pom’ potes)

- Pots en verre vides :  nourriture bébés (avec leurs couvercles) ou et pots à yaourt 

- Jouets et livres

Pour redistribution à des associations locales dans le cadre d’une démarche éco-citoyenne, créative et solidaire.

 bannière animée vêtements


Publié dans Comprendre pour Agir, Ecologie, Les Albrans, Manifestations | Pas de Commentaire »

Le paquet énergie-climat pour 2030, vu de Beuvry

Posté par Joël le 28 octobre 2014

 

Un mois d’août particulièrement arrosé, un mois d’octobre anormalement « chaud », des inondations exceptionnelles dans le sud de la France, il y a de quoi se demander si le dérèglement climatique annoncé par les scientifiques depuis de nombreuses années n’est pas bel est bien en train de s’accélérer.

Sur ce blog, vous avez pu lire certains articles qui ne sont pas liés directement à Beuvry, comme ceux en rapport avec le climat (rapport du GIEC).
Ce sujet préoccupant pour l’avenir a été l’objet d’un sommet Européen vendredi dernier.
En quelques mots, que peut-on retenir ?

 Le paquet énergie-climat pour 2030, vu de Beuvry dans Climat paquet-energie-climat

Vendredi 24 octobre dans la nuit, les 28 pays de l’Union Européenne ont adopté le « Paquet énergie-climat pour 2030 » préparé par la Commission européenne.

Il s’articule autour de trois objectifs :

- réduire les émissions de gaz à effet de serre d’au moins 40% d’ici à 2030 par rapport aux niveaux de 1990 ;

- élever la part des énergies renouvelables à 27% du « mix énergétique » de chaque État membre ;

- réduire la consommation d’énergie dans l’Union de 27%.

 

Des engagements chiffrés ambitieux, certes, mais encore faut-il que les décisions prises soient appliquées. En matière environnementale, on en encore constaté récemment des reculs et mêmes des annonces qui vont dans le sens inverse de ce qu’il faudrait faire pour réduire par exemple l’utilisation de la voiture.

A noter que ce nouveau « cadre d’action en matière de climat et d’énergie à l’horizon 2030 », qui doit être approuvé par le Parlement européen, remplacera alors le 1er plan dit des « 3 fois 20 » (c’est-à-dire : 20 % de baisse des émissions, 20 % d’énergies renouvelables, 20 % d’économies d’énergie) adopté en 2009 et en vigueur jusqu’en 2020.

 

Les Européens espèrent persuader leurs partenaires internationaux (Chine, les Etats-Unis et autres pays particulièrement pollueurs) de prendre des engagements similaires… A suivre !

 

A lire ou à relire l’article et les liens contenus dans celui-ci : Présentation du 2e volet du 5e rapport du GIEC

 


Publié dans Climat, Comprendre pour Agir, Ecologie, Revue de presse | Pas de Commentaire »

16 octobre – Journée nationale de lutte contre le gaspillage alimentaire

Posté par Joël le 15 octobre 2014

16 octobre - Journée nationale de lutte contre le gaspillage alimentaire dans Comprendre pour Agir

A la veille du 16 octobre, je souhaite aborder un sujet préoccupant.
En France, on estime que 38 kg de nourriture consommable sont jetés toutes les secondes.
Chaque année, plus de 7 millions de tonnes de déchets alimentaires sont jetés tout au long de la chaîne alimentaire !

 

16 octobre – Journée Mondiale de l’alimentation

Chaque année, le 16 octobre, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture célèbre la Journée mondiale de l’alimentation, qui commémore la date de sa création en 1945.

C’est pour cette raison que la France a choisi cette date pour journée nationale de lutte contre le gaspillage alimentaire.

 

Le gaspillage alimentaire

Le gaspillage alimentaire est le fait de jeter ou de supprimer des aliments encore comestibles.

Il se produit tout au long de la chaîne d’approvisionnement, depuis le stade de la production agricole jusqu’à celui de la consommation, en passant par le stockage, la transformation, la distribution et la gestion.

 

Dans les pays riches, le gaspillage serait essentiellement dû au circuit de distribution : les distributeurs prennent peu de risque avec les dates de péremption et jettent les produits qui ne sont visuellement pas parfaits. D’énormes quantités de nourriture sont également perdues au cours des processus de transformation des aliments, lors de leur transport, mais aussi dans nos cuisines.

 

Des chiffres vertigineux

Chaque Français jette 7 kilos d’aliments non consommés et encore emballés par an. À ce chiffre, il faut ajouter les restes de repas, fruits et légumes abîmés, le pain… soit un chiffre de l’ordre de 13 kilos/habitant/an.

Le gaspillage alimentaire représenterait donc près de 20 kg/habitant/an !

Ce gâchis représente une perte de 400 euros par an et par foyer.

Mais les Français ne sont pas les seuls à gaspiller.

Au niveau mondial, la nourriture produite non consommée engloutit chaque année 250 km3 d’eau, soit le débit annuel du fleuve Volga en Russie ou trois fois le Lac Léman.

La nourriture produite non consommée occupe 1,4 milliards d’hectares de terres : près de 30% des terres agricoles mondiales.

Des chiffres choquants lorsque l’on sait que 13% de la population mondiale souffre de sous-alimentation. Autrement dit, un quart des pertes de produits alimentaires serait suffisant pour nourrir les 870 millions de personnes qui meurent de faim sur terre !

Le gaspillage alimentaire dans l’Union Européenne

Près de 50 % d’aliments sains sont gaspillés chaque année dans l’Union Européenne, par les ménages, les supermarchés, les restaurants et la chaîne alimentaire.

Alors que 79 millions de citoyens Européens vivent au-dessous du seuil de pauvreté et que 16 millions dépendent de l’aide alimentaire d’œuvres de charité !

Face à ce constat, le Parlement européen a adopté le 19 janvier 2012 une résolution demandant des mesures urgentes pour réduire de moitié le gaspillage alimentaire d’ici 2025.

L’année 2014 a ainsi été déclarée « Année européenne de lutte contre le gaspillage alimentaire » afin de sensibiliser les citoyens européens sur l’importance de ce problème.

 

Conséquences environnementales

En plus des aspects économiques (gaspiller de la nourriture, c’est indéniablement gaspiller de l’argent) et éthiques, le gaspillage alimentaire mondial a des conséquences énormes sur notre environnement.

Toutes les étapes du cycle de vie des aliments consomment de l’eau et engendrent 20 % du total des émissions de gaz à effet de serre d’un Français. Il faut par exemple 16.000 litres d’eau pour produire 1 kilo de viande rouge. 3 kg de gaz à effet de serre sont émis par repas.

De plus, le transport, la transformation, la distribution alimentaire génèrent une dépense énergétique et une consommation d’eau importante. Il en est de même pour le traitement et le transport des déchets alimentaires.

 

Qui peut agir ?

Tout le monde ! Collectivités locales, entreprises agroalimentaires, enseignes de la distribution, restaurations collective ou commerciale, administrations, établissements d’enseignement, établissement publics, organismes de gestion, associations,… et plus largement chaque citoyen.

Pour mobiliser l’ensemble des acteurs, l’État, dans le cadre du Pacte national de lutte contre le gaspillage alimentaire, a pris 11 engagements et notamment celui d’instaurer une journée nationale de lutte contre le gaspillage alimentaire, fixée au 16 octobre.

 

Que faire au quotidien ?

Nos mères ou nos grand-mères avaient l’art d’accommoder les restes. Il n’y a pas si longtemps, on inculquait encore aux enfants qu’il ne faut pas « avoir les yeux plus gros que le ventre ».

Et si on revenait aux pratiques d’antan pour réduire le gaspillage alimentaire ?

De nombreuses astuces sont très faciles à adopter : acheter des quantités adaptées, prévoir les menus pour les jours à venir et acheter les produits en conséquence, examiner les dates de péremption, respecter la chaîne du froid, ranger logiquement les aliments au réfrigérateur et le nettoyer régulièrement, pratiquer le compost, préférer les fruits et les légumes de saisons… et pourquoi ne pas partager un repas lorsque l’on s’est trompé dans les quantités.

 

Le gaspillage alimentaire vu de Beuvry

La 6ème édition de la Semaine Européenne de la Réduction des Déchets aura lieu du 22 au 30 novembre 2014. Constatant qu’aucune action n’avait été menée localement en 2009, l’association Beuvrygeoise « Les Albrans » a organisé dès 2010, une journée de sensibilisation à la réduction des déchets. Les différents aspects de la réduction des déchets ont été abordés dans les précédentes actions de sensibilisation des Albrans.

La 5ième édition sera axée principalement sur la réduction des déchets alimentaires.

Vous pouvez donc déjà noter sur votre agenda ce rendez-vous, le samedi 22 novembre à la salle Robert Hazebrouck.

 

Soyons consom’acteurs !

 

Liens utiles

Site officiel de la SERD : Semaine Européenne de la Réduction des Déchets

Site officiel de la journée nationale de lutte contre le gaspillage alimentaire

 


Publié dans Comprendre pour Agir, Ecologie, Les Albrans | 4 Commentaires »

CRCE – Le schéma régional de cohérence écologique

Posté par Joël le 6 septembre 2014

 

C’est la rentrée pour tout le monde !

Pour beaucoup, cette rentrée 2014 a sonné comme un départ incertain, avec un emploi du temps qui se révèlera bien moins confortable qu’annoncé. Quoi qu’il en soit, chacun reprend aussi ses activités extra-scolaires ou extra-professionnelles : vie associative, engagement dans la vie locale, sport ou lectures « sérieuses » (après de la lecture « détente » durant les vacances)…

 

Un dossier de plus de 1000 pages A4, assez technique, n’est pas facile à emporter sur la plage et ne ressemble pas non plus à un livre de chevet. Aussi, après la période estivale, je reprends cette lecture intéressante commencée en juillet : le schéma régional de cohérence écologique.

Je ne vous en ferai pas une analyse fastidieuse à lire sur écran, et même probablement pas un résumé, qui compte tenu de l’importance du sujet devrait logiquement comporter plusieurs pages.

Aussi, comme je l’ai déjà évoqué, je propose aujourd’hui quelques définitions sur ce sujet étudié « en hauts-lieux » mais qui pourra impacter notre environnement proche. Pour certains lecteurs de ce blog, les notions qui suivent ne sont qu’un rappel, mais après tout c’est la rentrée et on commence par des révisions !

 

La trame verte et bleue

Le principe de « trame verte et bleue » est une mesure phare du Grenelle Environnement dont l’objectif est d’enrayer le déclin de la biodiversité.

La trame verte et bleue est un réseau formé de continuités écologiques terrestres (trame verte) et aquatiques (trame bleue). Elle constitue un outil d’aménagement durable du territoire et contribue à un état de conservation favorable des habitats naturels et des espèces, et au bon état écologique des masses d’eau.

Les continuités écologiques qui constituent la trame verte et bleue comprennent des réservoirs de biodiversité et des corridors écologiques.

 

Les réservoirs de biodiversité

Les réservoirs de biodiversité sont des espaces, dans lesquels la biodiversité est la plus riche ou la mieux représentée, où les espèces peuvent effectuer tout ou partie de leur cycle de vie. Dans ces espaces, les habitats naturels peuvent assurer leur fonctionnement en ayant notamment une taille suffisante. Ils abritent des noyaux de populations d’espèces à partir desquels les individus se dispersent ou sont susceptibles de permettre l’accueil de nouvelles populations.

 

Les corridors écologiques

Les corridors écologiques assurent des connexions entre des réservoirs de biodiversité, offrant aux espèces des conditions favorables à leur déplacement et à l’accomplissement de leur cycle de vie.
Les corridors écologiques peuvent être linéaires, discontinus (en « pas japonais ») ou paysagers.

Les cours d’eau, parties de cours d’eau et canaux peuvent ainsi être considérés à la fois comme des réservoirs de biodiversité et comme des corridors écologiques.

CRCE - Le schéma régional de cohérence écologique  dans Ce blog - son auteur reservoirs-biodiversite-et-corridors-ecologiques

 

Le décret No 2012-1492 du 27 décembre 2012 précise que :

La trame verte et bleue est un réseau formé de continuités écologiques terrestres et aquatiques identifiées par les schémas régionaux de cohérence écologique.

Afin d’assurer la cohérence nationale de la trame verte et bleue, le schéma régional de cohérence écologique prend en compte la nécessité de préserver les espèces, habitats et continuités écologiques d’importance nationale identifiés comme constituant des enjeux nationaux et transfrontaliers.

 

Le schéma régional de cohérence écologique

Le schéma régional de cohérence écologique, comporte notamment :

- un diagnostic du territoire régional et une présentation des enjeux relatifs à la préservation et à la remise en bon état des continuités écologiques à l’échelle régionale ;

- un volet présentant les continuités écologiques retenues pour constituer la trame verte et bleue régionale et identifiant les réservoirs de biodiversité et les corridors qu’elles comprennent ;

- un plan d’action stratégique ;

- un atlas cartographique ;

- un dispositif de suivi et d’évaluation ;

- un résumé non technique.

 

Le diagnostic du territoire régional porte sur :

- la biodiversité du territoire, en particulier les continuités écologiques identifiées à l’échelle régionale ;

- les interactions entre la biodiversité et les activités humaines.

 

Le schéma régional de cohérence écologique – trame verte et bleue (SRCE-TVB) du Nord-Pas-de-Calais a été arrêté par le préfet de région le 16 juillet 2014, après son approbation par le Conseil régional le 4 juillet 2014.

 

A lecture de ces informations, certains comprendrons pourquoi, quand on s’intéresse réellement aux problèmes environnementaux, décrypter des documents relatifs au CRCE peut être plus intéressant que regarder la télévision ou visionner une vidéo quelconque.

 

A lire ou à relire :

Le Grenelle de l’environnement vu de Beuvry

Trame verte et bleue, de quoi s’agit-il ?

 


 

Publié dans Ce blog - son auteur, Comprendre pour Agir, Eau, Ecologie, Grennelle de l'environnement, Le saviez-vous ?, Lexique | 2 Commentaires »

Question de vocabulaire

Posté par Joël le 18 août 2014

La lecture « simple » ou l’étude plus approfondie de livres, thèses, rapports et autres dossiers plus ou moins techniques nous confronte parfois à un vocabulaire totalement inconnu ou à des termes déjà rencontrés mais dont on ignore le sens exact.

Mon instituteur nous disait qu’il n’y a pas de question idiote et que l’idiot est celui qui ne pose pas la question tout de suite ou qui ne se renseigne pas par lui-même.

Aussi, nous avait-il inculqué certains fondamentaux comme celui d’ouvrir un dictionnaire dès que l’on s’interrogeait sur le sens d’un mot.

Souvent le mercredi, qui était encore un jour de repos, car chacun savait que cette coupure de la semaine est totalement indispensable à l’enfant, il m’arrivait d’ouvrir le vieux dictionnaire familial, une encyclopédie ou encore un QUID.

Aussi ai-je acquis l’automatisme, en partie grâce à ces mercredis de temps libre, de me documenter.

Question de vocabulaire dans Ce blog - son auteur academie+dico+5eme+005

En ce qui concerne le vocabulaire nécessaire à la compréhension de certains textes, il m’est arrivé de publier quelques articles dans la catégorie lexique. Dans le cadre de réflexions sur plusieurs dossiers liés à l’environnement, j’aurai peut-être l’occasion à l’automne de publier de nouveau dans cette catégorie.

 


Publié dans Ce blog - son auteur, Comprendre pour Agir, Culture, Lexique | Pas de Commentaire »

123456...21
 

"rat"(nimalerie)," rat"mate... |
Logiciels à télécharger |
plusdotage |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | promos viandes
| actuplanet
| chlochlodu77