• Visiteurs

    Il y a 1 visiteur en ligne
  • Total

  • Rechercher sur ce blog

    Sur la colonne de droite, vous pouvez rechercher un texte selon différents critères : derniers articles commentés, derniers articles publiés, mots-clés, catégorie de l'article, date,...
    N'hésitez pas à commenter.


    L'email fournit lors du dépôt d'un commentaire permet au système de contrôler que celui-ci n'est pas posté par un robot (publicité et indésirables). Il ne sera donc pas utilisé pour vous envoyer un mail.


    Autres astuces pour utiliser ce blog et aides pour blogueurs


  • Méta

  • blog tout beuvry sur le web

    © 2008
    Tous droits réservés.
    Reproduction (même partielle) interdite sans l'accord écrit de l'auteur.

Résultats de votre recherche

5e rapport du GIEC – Volume 1 – vu de Beuvry

Posté par Joël le 9 octobre 2013

6 ans après le 4ème rapport du Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat (GIEC), son président, le Docteur Rajendra Pachauri, a présenté, le vendredi 27 septembre 2013, le Volume 1 du 5e rapport d’évaluation :
« Changement climatique 2013 : les éléments scientifiques ».

Sa rédaction a impliqué des scientifiques auteurs du monde entier, dont 17 Français principalement du CNRS, du CEA, de Météo-France, du CNES et de différentes universités (notamment l’UPMC, l’UVSQ, l’UJF et l’UPS).

5e rapport du GIEC - Volume 1 - vu de Beuvry dans Climat vignette-climate-change-2013

 

Très succinctement, que faut-il retenir ?

Comme précisé dans un premier article sur le sujet, ce premier volume comporte environ 1.400 pages, un résumé technique de 78 pages ainsi qu’un résumé pour « décideurs » de 22 pages ont été publiés.

Voici « un résumé du résumé » :

Dans son expertise, le groupe de travail I fait le point sur les observations des paramètres atmosphériques, océaniques et continentaux. Il conclut avec certitude que la température globale moyenne à la surface de la Terre (surfaces terrestres et océans confondus) a augmenté de 0,89 °C sur la période 1901-2012.

Non seulement, le GIEC confirme la tendance à la hausse du réchauffement global, mais il renforce ses certitudes sur le fait que l’activité humaine explique en grande partie ce bouleversement climatique.

 

Quel crédit accorder à ce rapport ?

Pour certains (on les appelle les « climato-sceptiques »), ce rapport se veut beaucoup trop alarmiste, comme les précédents.

Pourtant dans une étude publiée en février 2013 dans la revue « Global Environmental Change », une équipe d’historiens montrait que les prévisions commentées dans les quatre précédents rapports ont finalement toujours été en deçà de ce qu’il s’est réellement produit. Le GIEC aurait donc tendance à minimiser ses annoncent pour éviter la fronde des climato-sceptiques.

Des climato-sceptiques utilisent des arguments vaguement scientifiques pour justifier leur point de vue, allant jusqu’à mettre en cause le rôle des gaz à effet de serre dans le réchauffement.
D’autres rappellent que le climat a changé depuis des centaines de milliers d’années alternant périodes glaciaires et interglaciaires, et qu’un réchauffement de plus ne peut être la fin du monde.
Certains ont utilisé une erreur de calcul (reconnue d’ailleurs par le GIEC) dans le rapport de 2007 sur la rapidité de la fonte des glaces dans l’Himalaya.

 

Si le débat scientifique est une excellente chose, on peut se demander quelles sont les objectifs des détracteurs. On peut se demander également, si pour certains climato-sceptiques, ce n’est pas le travail du groupe III (mesures d’atténuation) qui leur pose problème. Les propositions faites par ce groupe à chaque rapport du GIEC sont forcément très contraignante pour notre mode de vie actuel. Enfin pourquoi des centaines de scientifiques du monde entier se ligueraient-ils pour alerter sans raison la population mondiale ?

 

Quelles sont les principales conclusions de ce premier volume ?

L’atmosphère et l’océan se sont réchauffés, l’étendue et le volume des neiges et glaces ont diminué et le niveau des mers s’est élevé, et les concentrations des gaz à effet de serre ont augmenté.
Les scientifiques du GIEC qualifient ces conclusions de « hautement probables à quasi-sûres ».

 

Le réchauffement

Chacune des 3 dernières décennies a été successivement plus chaude que toutes les précédentes depuis qu’on a des mesures systématiques (1850).
De plus, es 30 dernières années sont la période la plus chaude de l’hémisphère nord (températures moyennes de l’hémisphère) depuis au moins 1400 ans.
Le réchauffement océanique constitue l’essentiel de l’augmentation de la quantité d’énergie emmagasinée au sein du système climatique et représente plus de 90% de l’énergie accumulée entre 1971 et 2010.

Le réchauffement a provoqué une disparition massive de glace de la quasi-totalité des glaciers de montagne, des calottes polaires et de la partie pérenne de la banquise, ainsi que la diminution notable de la neige de printemps de l’hémisphère nord. Depuis le milieu du 19ème siècle, le niveau de la mer a monté à une vitesse supérieure à celle des 2 millénaires précédents.

En particulier, le niveau moyen des mers s’est élevé de 0,19 mètres au cours de la période 1901−2010.

Depuis le début des années 1970, la somme de la perte de masse des glaciers et de l’expansion thermique des océans due au réchauffement expliquent environ 75% de l’élévation du niveau moyen des mers.

 

Les gaz à effet de serre

Les concentrations de gaz à effet de serre ont atteint dans l’atmosphère des valeurs inconnues aussi loin qu’on sache remonter avec certitude (800.000 ans).
Elles ont augmenté de 40% depuis le début de l’ère industrielle, principalement du fait de l’utilisation des combustibles fossiles, mais aussi du fait du changement d’utilisation des sols.
L’océan a absorbé 30% du dioxyde de carbone d’origine fossile, ce qui a entraîné une acidification de ses eaux de surface.

De nouvelles émissions de gaz à effet de serre impliqueront une poursuite du réchauffement et des changements affectant toutes les composantes du système climatique.
Pour limiter le changement du climat il faudrait des réduire de manière importante et durable les émissions de gaz à effet de serre.
Même avec les hypothèses les plus optimistes sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre, la température moyenne à la surface de la Terre aura augmenté d’au moins 1,5°C à la fin du 21ème siècle.

 

Conséquences sur le cycle de l’eau

L’Océan global continuera à se réchauffer au cours du XXIe siècle. De la chaleur sera absorbée à la surface et pénètrera jusqu’à l’océan profond, affectant la circulation océanique.
Le niveau moyen des mers continuera à s’élever au cours du XXIe siècle.
La vitesse d’élévation du niveau des mers dépassera très probablement la vitesse observée sur la période 1971–2010.

Les changements concernant le cycle de l’eau ne seront pas uniformes. Le contraste de précipitation entre régions humides et régions sèches, et entre saisons humides et saisons sèches augmentera (avec peut-être des exceptions régionales).

 

Conséquences sur acidité de l’océan

Le changement climatique affectera les processus liés au cycle du carbone d’une manière qui accélèrera l’accroissement du CO2 atmosphérique (degré de confiance élevé). La poursuite de l’absorption de carbone par l’océan augmentera son acidification.

 

Irréversibilité du changement climatique

L’inertie du changement climatique est impressionnante (de l’ordre de plusieurs siècles).

Le total des émissions de CO2 cumulées déterminent principalement la moyenne globale du réchauffement en surface vers la fin du XXIe siècle et au-delà.

La plupart des caractéristiques du changement climatique persisteront pendant plusieurs siècles même si les émissions de CO2 sont arrêtées.

 be143114-88d9-4928-b3e1-5f8457344a4d-CARTE_futurclimatSEM climat dans Comprendre pour Agir

Pourquoi s’intéresser à ce sujet ?

Les habitués de ce blog se souviennent que j’ai à plusieurs reprises écrit des articles sur l’eau.
Pour en arriver à comprendre les problèmes liés à l’eau en particulier ceux liés à l’eutrophisation, j’ai fait quelques rappels sur le cycle de l’eau.

Parmi les conclusions du GIEC on peut notamment retenir que le cycle global de l’eau est modifié, les neiges et glaces fondent de plus en plus vite, le niveau moyen des océans augmente, l’acidification des océans augmente.

Il est donc logique quand on s’intéresse aux problèmes de pollution des eaux de s’intéresser également au réchauffement climatique et en particulier aux conséquences sur le cycle de l’eau, lequel est déterminant dans l’équilibre des milieux humides.

Image de prévisualisation YouTube


Pour les anglophones : Résumé à l’attention des décideurs dans sa version originale en anglais sur le site du GIEC

 


Publié dans Climat, Comprendre pour Agir, Eau, Ecologie, Géographie, Grennelle de l'environnement | Pas de Commentaires »

Réduction des déchets à Beuvry

Posté par Joël le 29 novembre 2012

 

Samedi 24 novembre à Beuvry, l’évènement à ne pas manquer était bien sûr la 3e édition de la journée « Ensemble, redonnons vie à nos déchets ».

La Batucamob’ pour ouvrir la journée de réduction des déchets

Réduction des déchets à Beuvry dans Associations batucamob-1 batucamob-2 2012 dans Comprendre pour Agir batucamob-3 albrans dans Ecologie

La réduction des déchets, ce n’est pas triste !

Pour preuve, après cette joyeuse ouverture, les ateliers créatifs à base d’objets recyclés ont permis des échanges d’idées très enrichissantes.

sam associations dans Harmonie de Beuvry sam-et-ses-copains beuvry dans Les Albrans

lucien-nicole citoyenneté dans Manifestations creation-2 déchets dans Peinture - Art brigitte écologie dans Solidarité  atelier-creatif enfants atelier-creatif-2 harmonie

4-jeans

gouter-2 Le goûter zéro déchet a toujours beaucoup de succès chaque année !

Voir aussi les articles sur le blog de l’association Les Albrans :

Remerciements : Ensemble, nous avons redonné vie à nos déchets

Bilan

 Et la page récapitulative :

Semaine Européenne de réduction des déchets 2012 à Beuvry

 

Publié dans Associations, Comprendre pour Agir, Ecologie, Harmonie de Beuvry, Les Albrans, Manifestations, Peinture - Art, Solidarité | 1 Commentaire »

Beuvry sur Loisne

Posté par Joël le 13 septembre 2012

 

« Beuvry sur Loisne », tel est le titre d’un des ouvrages historique de l’abbé Bacon.

En effet, la Loisne est une rivière de 28 km qui prend sa source à Hersin-Coupigny, passe à Nœux-les-Mines, Verquigneul et arrive ensuite dans notre commune. Son cours naturel continue vers Richebourg, La Couture pour se jeter dans la Lawe à Vieille-Chapelle.

 

Mais beaucoup retiennent que la Loisne se jette dans le canal des mines à Beuvry.

Ainsi, lors d’une réunion publique ce mercredi 12 setembre, certaines personnes furent surprises par l’existence de la « Loisne aval ».

Cependant, on ne fait pas disparaître un cours d’eau aussi facilement et la Loisne aval existe bien au-delà du canal des mines, comme je l’ai déjà expliqué dans ma série d’articles concernant cette rivière .

 

J’ai également déjà fait quelques rappels sur le cycle de l’eau

Les précipitations tombent dans les océans, s’infiltrent dans le sol (pour former des nappes souterraines qui donnent naissance à des sources) ou ruissellent pour aller grossir les rivières.

Ainsi, même si les eaux d’une rivière sont détournées en un point précis, les eaux de ruissellement continuent en général à alimenter naturellement l’ancien cours de la rivière.

Ce qui explique l’existence de la « Loisne aval ».

 

 

La Loisne n’est plus tout à fait un cours d’eau comme les autres

En effet, son bassin versant a, au fil des siècles derniers, été largement modifié par l’aménagement du Canal d’Aire à La Bassée dans lequel se déversent d’ailleurs ses anciens affluents : la Fontaine de Bray, le Surgeon et le Fossé d’Haisnes et d’Auchy-lès-Mines qui alimentent ainsi ce canal à grand gabarit.

Le seul affluent actuel de La Loisne amont est le courant de Drouvin.

carte du courant de drouvin

Le cours de la Loisne fut perturbé une première fois pas l’homme lors de la construction du canal d’Aire à La Bassée, creusé en 1824 et 1825.

Puis, lors du creusement du canal de Beuvry à peine 40 ans plus tard (mis en service en 1863).

En effet, l’article 6 du cahier des charges annexé au décret impérial du 17 avril 1861 (décret la concession du canal des mines de Noeux) stipulait que « La compagnie pourra alimenter le canal au moyen des sources des marais supérieurs de Beuvry, et, au besoin, à l’aide des eaux de la Loisne. »

 

Ainsi, à Beuvry, le canal à grand gabarit coupe le bassin versant de La Loisne en deux entités distinctes :

  • Les eaux du bassin amont (bassin versant de 31 km²) alimentent le canal des mines.
  • Les eaux du bassin aval partent comme la nature en avait décidé, dans la Lawe.

 

Publié dans Eau, Géographie, Histoire, Le saviez-vous ?, Loisne, Présentation de Beuvry | Pas de Commentaires »

Une journée au marais

Posté par Joël le 26 mars 2012

 

Dans le cadre de la journée mondiale de l’eau, l’association « les Albrans » avait donné rendez-vous ce samedi pour une opération d’entretien du marais dont elle a la charge.

 

Chasseurs et pêcheurs ont prouvé, comme chaque année, leur investissement pour la préservation de la nature et des zones humides. Cette journée printanière intense vient en complément des actions, tout au long de l’année, consacrées à l’entretien du marais.

Ce travail, loin des clichés sur les pêcheurs et les chasseurs, est indispensable pour le renouvellement de la faune et de la flore.

La branche éco-citoyenne fidèle à sa devise « comprendre pour agir » accueillait les enfants pour une promenade éducative au marais, entre une séance de dessins sur le thème de l’eau et une découverte du cycle de l’eau, sans oublier la préparation du pique-nique 10:10.

Cette journée ensoleillée riche en échanges et en partage, fut l’occasion aussi de présenter un dossier d’étude en rapport avec la journée mondiale de l’eau sur le thème 2012 : Sécurité de l’eau et de l’alimentation.

 

Une journée au marais dans Comprendre pour Agir coupe-bois1-300x196 coupe-bois7-300x203 2012 dans Eau coupe-bois3-202x300 albrans dans Ecologie marais5-300x202 citoyenneté dans Les Albrans mare-199x300 eau marais3-300x195 écologie marais4-300x191 enfants marais1-300x198 marais2-300x197

 Voir aussi cette journée sur le blog de l’association : cliquez

Publié dans Comprendre pour Agir, Eau, Ecologie, Les Albrans | Pas de Commentaires »

La gestion des déchets ménagers, vue de Beuvry

Posté par Joël le 4 mars 2012

 

Depuis sa création, la branche éco-citoyenne de l’association beuvrygeoise « Les Albrans » s’intéresse à la réduction des déchets.

Après la réflexion sur le dernier décret concernant les emballages, cette branche éco-citoyenne vient de publier un nouveau travail pédagogique sur le sujet :

La gestion des déchets, de quoi s’agit-il ?

Qui peut intervenir pour réduire les déchets ?

Au niveau des autorités, quelles sont les mesures actuelles et futures ?

 

Voir l’article sur le blog des Albrans

albrans beuvry 62660

Le « meilleur » déchet est celui qu’on n’a pas produit.

Si le tri des déchets est indispensable, pensons en premier lieu à réduire le volume des déchets, il suffit par exemple de :

Se demander, lors de l’acte d’achat, si le produit envisagé est indispensable.

Se demander si, par hasard, l’on ne pourrait pas emprunter, louer ou partager cet objet/produit plutôt que de l’acheter.

Acheter des appareils de qualité qui dureront longtemps

Remplacer un objet jetable (lingette, appareil photo, vaisselle en carton…) par un autre qui dure plus longtemps.

Éviter les produits trop emballés. Leur préférer des recharges, des grands formats ou des produits vendus en vrac.

Éviter les portions individuelles.

Utiliser un cabas ou un caddie pour les courses et refuser ainsi les sacs plastiques

Placer la nourriture dans des boites en plastique au lieu de l’emballer dans du papier aluminium.

Pour les pique-niques, utiliser des boites en plastique, des gourdes et des couverts lavables.

Utiliser des éponges (pour nettoyer) et des serviettes ou des torchons (pour essuyer) à la place de l’essuie-tout.

Boire de l’eau du robinet plutôt que de l’eau en bouteille.

Refuser les publicités par une affiche sur sa boite aux lettres…

Surveiller les dates de péremption des aliments…

http://beuvry62croquis.unblog.fr/files/2010/10/logofrancaissanstitre.jpg

Les interrogations et actions dans ce domaine ne sont pas nouvelles :

Articles à relire :

Relire par exemple : Réduire, Réutiliser, Recycler.

Il est arrivé !

Semaine du développement durable vu de Beuvry

Association des croqueurs de pommes recherche des bouteilles vides

Collecte de bouchons en plastique et en liège à Beuvry

Actions labellisées par l’ADEME :

Samedi 27 Novembre 2010 : Semaine Européenne de réduction des déchets à Beuvry

Samedi 19 Novembre 2011 : Ensemble, redonnons vie à nos déchets – 2e édition

 


 

 

 

Publié dans Comprendre pour Agir, Ecologie, Les Albrans | Pas de Commentaires »

Rétrospective : l’eau à Beuvry

Posté par Joël le 30 décembre 2011

 

Suite du coup d’œil sur les catégories d’articles de ce blog…

On aurait tendance à l’oublier, mais le sujet de l’eau ne se limite pas à celle du robinet. J’ai traité ici différents aspects du sujet : l’eau comme moyen de transport, l’importance de l’eau dans le monde, le cycle de l’eau, la pollution de l’eau, y compris ce que l’on a tendance à ne pas voir comme une conséquence de la pollution : les lentilles d’eau

Pour relire les articles en rapport avec l’eau dans tous ses états, cliquez sur la goute goute d'eau

 

 Attention, il y a de nombreux articles, donc plusieurs pages sur le sujet (5 à ce jour) : cliquez sur « Page Précédente » en bas de page.

Publié dans Ce blog - son auteur | 1 Commentaire »

Quand la presse régionale s’intéresse aux actions éco-citoyennes à Beuvry

Posté par Joël le 25 novembre 2011

Reprise en main du blog après une reconfiguration complète de l’administration par l’hébergeur. Les quelques améliorations fournies par unblog.fr devraient me permettre de gagner un peu de temps dans la mise en ligne d’articles…
Pour commencer, une fois n’est pas coutume, 2 « copier-coller » d’articles de journaux…

Voici une petite revue de presse locale concernant la journée de sensibilisation à la réduction des déchets inscrite dans le cadre de la SERD (semaine européenne de réduction des déchets) le samedi 19 novembre 2011 à Beuvry.

La Voix du Nord du 24 Novembre 2011
Des gestes simples pour alléger nos poubelles débordantes

Samedi, salle de tir du Préolan, pour le coup d’envoi de la semaine européenne de réduction des déchets, l’association les Albrans a organisé la 2e édition de son action « Ensemble, redonnons vie à nos déchets », estampillée ADEME.

Toute la journée, de 9 h à 18 h, les membres de l’association, composée de chasseurs et de pêcheurs soucieux de la nature et de l’environnement, ont tout mis en oeuvre pour faire prendre conscience aux nombreux visiteurs de l’importance du recyclage des déchets. La réduction de nos détritus est un enjeu environnemental, sanitaire et financier qui s’adresse aussi bien aux institutions, aux collectivités, aux entreprises, aux scolaires, qu’aux particuliers.

Nos poubelles trop pleines s’engorgent et chacun doit se mobiliser contre cette surabondance de déchets. Les maîtriser, les réduire, donner les clés pour agir au quotidien par des gestes simples avec l’espoir qu’ils deviennent naturels et routiniers, tels étaient les enjeux de la journée pour une meilleure protection de l’environnement. « Le meilleur déchet est celui que nous ne produisons pas », c’est avec ce slogan que l’association les Albrans a lancé sa campagne d’actions pour l’année 2011.

Du 19 au 27 novembre, la semaine européenne de la réduction des déchets (SERD) vise à organiser partout en Europe des actions de sensibilisation sur ce thème.

Dans toute la France, 3.452 actions seront menées durant cette période avec plus de 740 porteurs de projets. Le nombre d’actions SERD a augmenté de plus de 76 % par rapport à l’an dernier et de plus de 160 % depuis 2009. « Trop de déchets, mieux produire, mieux consommer, prolonger la durée de vie des produits, moins jeter », cinq thèmes vecteurs d’une journée qui a passionné le nombreux public qui a massivement participé aux collectes de bouteilles, bouchons, capsules, papiers…

Un goûter zéro déchet

Atelier jardin (broyage et compostage), récup’art (création d’objets en matériaux recyclés), réalisation collective de Détritos (personnage publicitaire), troc’livres, autres temps forts, ont également captivé. Le partage du goûter zéro déchet a encore ajouté à la convivialité de cette journée égayée par les danses western de l’association Dream Country qui a proposé une batucamob, rassemblement dansant au son d’instruments de musique improvisés mais tous symboles de la réduction des déchets.

En partenariat avec la mairie de Béthune, représentée par Henri-Claude Honnart, les Albrans échafaudent un grand projet de dépollution de la gare d’eau pour des abords et des accès plus engageants.

THOMAS MOREAU (CLP)

 

L’avenir de l’Artois du 24 novembre 2011
150 kilos de bouchons en plastique récoltés

Le 19 novembre, les Albrans, association de chasse, pêche et environnement, ont sensibilisé à l’importance du recyclage dans notre vie quotidienne. Une initiative proposée pour la seconde année par l’association beuvrygeoise présidée par Dominique Voiseux.

0 – Pour participer au salon et repartir avec plein d’idées de gestes écolos à appliquer tous les jours, il ne fallait rien débourser. « Ce qu’on veut, c’est réellement proposer des choses simples, que tout le monde peut reproduire au quotidien… », appuie Paule Dubrulle, secrétaire de l’association des Albrans.

Comme faire travailler l’imagination de ses enfants à partir de matériaux récupérés, boire de l’eau du robinet, utiliser des couches lavables, ou encore broyer les végétaux de son jardin.

0 – Ne produire aucun déchet, tel était le but du goûter proposé à la salle du Tir vers 15h. « Un goûter fait maison, transporté dans un récipient lavable, c’est tout à fait possible », souligne Joël Depretz, vice-président des Albrans en charge de l’éco-citoyenneté. Selon l’association, environ 80 personnes auraient participé à ce goûter zéro déchet.

150 – C’est le nombre de kilos de bouchons en plastique récupérés ces derniers mois et remis à l’association Les Ch’tis bouchons, qui les revend à des industries plasturgiques pour soutenir des personnes handicapées. Douze kilos de bouchons en liège ont également été récoltés.

1 – Les douilles de chasse vides, cela intéresse aussi les Albrans, qui en ont récupéré un mètre cube.

72 – Paule Dubrulle soutient également les Croqueurs de pommes, basés à Gonnehem. Au total, 72 bouteilles de jus de fruits vides ont été recueillies.

25 – Faire une œuvre d’art à partir de capsules de café (vingt-cinq kilos ont été déposés à la salle) ou de tout autre matériau ? C’était possible à Beuvry.

À l’entrée de la salle, chacun pouvait apporter sa touche au Detritos. « Il s’est bien construit, les visiteurs ont apporté des objets à coller dessus », souligne Paule Dubrulle.

1 – Le responsable de l’association Recycl’aide est reparti avec un coffre plein à ras bord de papiers et cartons.

T. M.

 

Tous les détails sur cette journée : Ensemble, redonnons vie à nos déchets – 2e édition

 

Erratum :

S’il est vrai que les Albrans envisagent des actions sur le territoire béthunois, il n’a jamais été question de travailler sur la gare d’eau. Nous n’avons pas la prétention de nous improviser « professionnels » dans ce genre de gros chantier… Nous avions juste prévu un chantier collectif (avec des citoyens et nos petits bras) de nettoyage et une présentation sur le thème de la prévention santé à propos des zoonoses et des maladies de la nature…

 

Précisons que la réduction des déchets, c’est toute l’année ! La semaine Européennes et les journées d’actions comme celles menées par les Albrans ne sont là que pour rappeler les gestes simples.


Publié dans Ecologie, Grennelle de l'environnement, Les Albrans, Manifestations, Revue de presse | Pas de Commentaires »

Collecte de bouchons en plastique et en liège à Beuvry

Posté par Joël le 29 septembre 2011

 

Je reprends les informations déjà données sur ce blog au sujet de de la collecte des bouchons. Ce sont toujours les même questions qui reviennent : 

Quels sont les bouchons collectés ?

Qu’en fait-on ?

Est-ce que cela sert vraiment à quelque chose ?

 

Le polyéthylène à haute ou basse densité.

Cela peut vous sembler étranger et pourtant vous le manipulez tous les jours, car il s’agit de la matière utilisée pour fabriquer les bouchons en plastique des bouteilles boissons. Le polyéthylène est en effet le plastique le plus employé, il compose la moitié des emballages plastiques.

Cette matière peut être recyclée très facilement et servir à la fabrication de nouveaux produits.

1 tonne de bouchons en plastique permet d’économiser 3 tonnes d’équivalent pétrole.

Le principe est simple : des associations récoltent ces bouchons et le revendent au poids à des usines de recyclage. Les fonds récoltés sont reversés intégralement en faveur d’une action solidaire, en général auprès des enfants ou des personnes handicapées.

La collecte réalisée par les Albrans à Beuvry le 27 novembre 2010 dans le cadre de la semaine Européenne de réduction des déchets a été confiée à l’association « Les Chtis Truckers  » qui récupère les bouchons en plastiques pour une action spécifique chaque année.

Une collecte a également été réalisée lors du salon « Partageons la forêt » des 21 et 22 mai 2011.

L’association beuvrygeoise vous invite à continuer à mettre de côté les bouchons en plastique pour la prochaine journée consacrée à la réduction des déchets le 19 novembre, salle du tir à Beuvry.

bouchons en plastique

 

Le liège se recycle aussi !

L’association les Albrans a découvert la filière de recyclage du liège lors de la préparation de la première journée « Ensemble redonnons vie à nos déchets ». Elle a commencé une collecte de bouchons pour l’occasion, en partenariat avec Recycliege. Cette collecte est également renouvelée.


écorce de chêne liège bouchons en liège

Le liège est un matériau à 100 % naturel extrait de l’écorce du chêne-liège, un arbre poussant près de la Méditerranée. Il sert en majeure partie à la confection de bouchons pour les bouteilles de vin, de champagne ou de cidre.

Comme la demande mondiale en liège a explosé ces dernières années, les producteurs en provenance surtout de l’Espagne et du Portugal, ont dû se résoudre à récolter le liège à tous les cinq ans, au lieu de sept. Il en résulte un appauvrissement de la qualité du produit et une menace au développement naturel des chênes-lièges.

Les bouchons sont transformés en panneaux d’affichage ou en isolant thermique et acoustique.

 

Attention, seuls bouchons en « vrai liège » sont recyclables.

En effet, de plus en plus les bouchons en matière plastique, non recyclable pour l’instant, remplacent le liège. Ces bouchons “modernes” ne sont donc pas collectés.

Collecte de bouchons en plastique et en liège à Beuvry dans Comprendre pour Agir Recycliege

 

Relire aussi l’article : Présentation du chêne-liège

 

Publié dans Comprendre pour Agir, Les Albrans, Peinture - Art, Solidarité | Pas de Commentaires »

La journée Mondiale des Océans vue de Beuvry

Posté par Joël le 7 juin 2011

La journée Mondiale des Océans vue de Beuvry dans Eau worldoceansday_2009_logo_cmjn

8 juin – Journée Mondiale des océans

Le concept de la « Journée Mondiale des Océans » a été proposé à l’origine par le gouvernement canadien au « Sommet de la Terre » de Rio de Janeiro en 1992.

Il est soutenu par la Commission Océanographique Intergouvernementale de l’UNESCO dès 1998.

L’ONU en a fait un rendez-vous annuel en 2009 (par la résolution 63/111 du 5 décembre 2008).

Depuis, la « Journée mondiale des Océans » est célébrée le 8 juin partout sur notre planète bleue avec des activités en Europe, en Asie, en Afrique et en Amérique.

 

Objectifs de cette journée mondiale

La « Journée mondiale des Océans » est l’occasion de sensibiliser la population à l’incroyable diversité et complexité des milieux marins et à l’utilité et à l’importance des océans dans leur vie quotidienne.

C’est aussi l’occasion pour chacun d’entre nous de s’engager pour la protection des océans dans nos gestes du quotidien.

 

Les mers et océans couvrent 70% de la surface du globe.

La mer représente donc un enjeu majeur, non seulement en termes de biodiversité, mais également alimentaires (en la protégeant de la surpêche) et aussi énergétiques (car elle permet le développement de nouvelles énergies : éolienne, hydrolienne, thermique…).

Par ailleurs, la mer est une importante voie de communication, sans oublier son rôle géopolitique et son rôle d’équilibre climatique.

thumb-les-journees-de-la-mer---pour-une-gestion-durable-de-l-espace-maritime-2840 dans Ecologie

 

Les Journées de la mer en France

En France, les Journées de la mer, du 8 au 13 juin, sont organisées par le ministère de l’Écologie et du Développement durable, afin de mieux faire connaître la mer aux Français (ses richesses et ses fragilités), de favoriser les activités maritimes professionnelles et d’inciter les français à adopter des comportements respectueux de l’environnement maritime.

Les Journées de la Mer ont pour but de sensibiliser les Français afin de les associer à la réflexion engagée dans le cadre du Grenelle de la Mer.

 dans Ephéméride

 

Quel rapport avec notre village… loin des côtes ?

Je l’ai rappelé sur ce blog au travers des articles sur le cycle de l’eau (voir liens ci-dessous) : l’eau s’évapore de nos océans vers l’atmosphère puis revient sur les terres par les précipitations en passant par les cours d’eau avant de retourner dans les océans.

80% de la pollution des océans provient des terres.

Il est donc essentiel de préserver nos cours d’eau naturels ou artificiels et de lutter contre toutes les formes de pollution des eaux.

Que ces cours d’eau soient destinés aux transports ou aux loisirs, il est grand temps de se préoccuper du problème. Il ne faut donc pas considérer comme « acceptable » qu’un plan d’eau soit souillé voire carrément pollué, sous prétexte qu’il n’est pas destiné à s’y baigner.

 

Pensons aussi à la préservation de la nappe phréatique, par exemple, en privilégiant l’arrachage des mauvaises herbes des bordures ou des trottoirs, à l’utilisation de désherbants chimiques.

Voici une astuce pour désherber naturellement, si les racines sont un peu résistantes :

Utilisez l’eau de cuisson des légumes lorsqu’elle est encore bouillante pour verser directement sur l’hôte indésirable de votre bordure, qui ne va pas apprécier du tout d’être ébouillanté !

Désherbage certes éphémère mais bon pour la nature.

 

A vos penderies !

Le côté anecdotique de cette journée est que pour marquer son attachement à la sauvegarde des océans, il est vivement recommander de porter du bleu !

 

Liens utiles :

Site officiel de La Journée Mondiale de l’Océan 

Journée mondiale, nationale, internationale, …

 

Hydrologie et cycle de l’eau

Le cycle de l’eau en images

Répartition de l’eau sur terre


Publié dans Eau, Ecologie, Ephéméride, Géographie | 2 Commentaires »

Présentation du chêne-liège

Posté par Joël le 16 mai 2011

Aujourd’hui, un petit article qui pourrait servir d’indice pour les enfants qui viendront sur salon « partageons la forêt ».

Présentation du chêne-liège dans Biodiversité liege

Le chêne-liège (Quercus suber L.) est un arbre à feuilles persistantes du genre Quercus (le chêne), exploité pour son écorce qui fournit le liège.

Cet arbre, qui peut vivre 150 à 200 ans, voire 800 ans et atteindre 20 à 25 m de haut (le plus grand ayant atteint 43 m), ne dépasse généralement pas 12 à 15 m.

 

Importance des forêts de chênes-lièges

Les forêts de chênes-lièges (suberaies) sont importantes pour la préservation de la biodiversité (classement Natura 2000) ; on y trouve des espèces protégées comme le lynx ibérique ou l’aigle impérial.

La suberaie méditerranéenne abrite 135 espèces de plantes, 24 de reptiles et d’amphibiens, 160 espèces d’oiseaux et 37 de mammifères.

Ces milieux jouent également un rôle dans la régulation du cycle hydrologique et la protection des sols.

Mais aussi, en plus de la possibilité qu’il a de produire de l’oxygène, comme tous les arbres, le chêne a une structure cellulaire unique qui lui permet de conserver le dioxyde de carbone, le principal responsable du réchauffement climatique.

 

Production de liège

La répartition géographique de l’espèce est définie par ses exigences écologiques qui sont de quatre ordres : exigence en lumière, chaleur, humidité et refus des sols calcaires.

Le chêne-liège est thermophile, c’est-à-dire qu’il pousse sous des climats tempérés à hivers doux car il craint les fortes gelées persistantes et a besoin d’une période de sécheresse en été pour prospérer

Comme nous l’avons vu dans l’article précédent, on ne replante pas n’importe quel arbre n’importe où.

 

Quatre pays, le Portugal, l’Espagne, l’Algérie et le Maroc représentent 91 % de la suberaie mondiale, qui couvre au total 2,687 millions d’hectares.

Les autres pays producteurs sont la France (Corse, Pyrénées-Orientales, Var, Aquitaine), l’Italie (Sardaigne surtout) et la Tunisie (Kroumirie).

La production annuelle mondiale de liège s’élève à 340.000 tonnes, (dont 54 % pour Portugal).

écorce de chêne liège bouchons en liège

Utilisation du liège

Son utilisation principale reste bien sûr le bouchon.

Pour éviter que le liège ne parte à la déchetterie, les bouchons peuvent être recyclés.

Le liège est ainsi récupérer et retrouve une seconde vie.

 

Liens utiles

Vidéo et explications : comment prélève-t-on le liège ?

Collecte de bouchons sur le salon


Publié dans Biodiversité, Forêt, Le saviez-vous ? | Pas de Commentaires »

1234
 

"rat"(nimalerie)," rat"mate... |
Logiciels à télécharger |
plusdotage |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | promos viandes
| actuplanet
| chlochlodu77