• Visiteurs

    Il y a 1 visiteur en ligne
  • Total

  • A vos agendas !

  • Rechercher sur ce blog

    Sur la colonne de droite, vous pouvez rechercher un texte selon différents critères : derniers articles commentés, derniers articles publiés, mots-clés, catégorie de l'article, date,...
    N'hésitez pas à commenter.


    L'email fournit lors du dépôt d'un commentaire permet au système de contrôler que celui-ci n'est pas posté par un robot (publicité et indésirables). Il ne sera donc pas utilisé pour vous envoyer un mail.


    Autres astuces pour utiliser ce blog et aides pour blogueurs


  • Méta

  • blog tout beuvry sur le web

    © 2008
    Tous droits réservés.
    Reproduction (même partielle) interdite sans l'accord écrit de l'auteur.

Résultats de votre recherche

Sigles et acronymes relatifs à l’environnement

Posté par Joël le 14 octobre 2017

 

Vous savez que sur ce blog, il y a de nombreux textes relatifs à l’environnement. Comme je l’ai déjà fait avec les définitions de certains termes employés dans mes articles, je publie aujourd’hui une liste non exhaustive de sigles et acronymes en rapport avec l’environnement.

 Sigles et acronymes relatifs à l’environnement dans Ecologie peppler-environnement-top

Les sigles et acronymes s’écrivent en lettres capitales sans point, ni espace, ni trait d’union entre les lettres et sans accent. Ils sont invariables.

Un sigle est l’abréviation d’une locution qui n’en garde que les initiales.

Un acronyme est un sigle dont l’enchaînement des lettres se lit comme un mot simple (il est prononçable au lieu de devoir être épelé).

 

ADEME Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie

ARS Agence Régionale de Santé

BRGM Bureau de Recherches Géologiques et Minières

CERDD Centre Ressource du Développement Durable

CNRS Centre National de Recherche Scientifique

COTRI Contrats d’Objectifs Territoriaux d’Accélération de la Troisième Révolution Industrielle

DIREN DIrection Régionale de l’Environnement

DREAL Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement

DRIRE Direction Régionale de l’Industrie, de la Recherche et de l’Environnement

EIE Espaces Info Énergie

EPCI Établissement Public de Coopération Intercommunale.

FRATRI Fonds Régional d’Amplification de la Troisième Révolution Industrielle

GES Gaz à Effet de Serre

ICPE Installations Classées pour la Protection de l’Environnement

INRA Institut National de Recherche Agronomique

LEMA Loi sur l’Eau et les Milieux Aquatiques

LPO Ligue pour la Protection des Oiseaux

ONCFS Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage

ONEMA Office National de l’Eau et des Milieux Aquatiques

ONF Office National des Forêts

PCAET Plan Climat Air Énergie Territorial

PCET Plan Climat Énergie Territorial

PPR Plans de Prévention des Risques

PPRI Plan de Prévention des Risques d’Inondation

SAGE Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux

SCOT Schéma de COhérence Territoriale

SDAGE Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux

SRCE Schéma Régional Climat-Énergie

UICN Union Internationale pour la Conservation de la Nature

ZNIEFF Zone Naturelle d’Intérêt Écologique, Faunistique et Floristique

 

 

À noter…

Lorsque l’acronyme est devenu nom commun, il s’écrit alors en lettres minuscules, éventuellement avec capitale initiale. Il accepte – comme un nom commun – la marque du pluriel Le cas échéant, l’acronyme sera accentué.

Radar (Radio detection and ranging) – des radars

Laser (Light amplification by stimulated emission of radiation) –  des lasers

Ovni (Objet volant non identifié) – des ovnis

 

Généralement, lorsque l’on emploi un sigle ou un acronyme dans un texte, surtout lorsque que celui-ci n’est pas très connu, on en donne la sens entre parenthèses. Certaines personnes considèrent comme une règle de dactylographie le fait de ne mettre une majuscule uniquement pour le premier mot. Personnellement, je préfère reprendre toutes les lettres de l’acronyme en majuscules.

Voir également : Réflexions personnelles et méthodes de travail

 


Publié dans Ecologie, Lexique | Pas de Commentaires »

Réduction des déchets et festival de l’arbre

Posté par Joël le 24 novembre 2016

 

L’association « les Albrans » vous accueillait samedi 19 novembre, salle UTRILLO à Beuvry. Cette après-midi citoyenne correspondait à sa 7ième  participation à la Semaine Européenne de Réduction des Déchets, mise en place par l’ADEME mais aussi à sa 2ième  participation au festival de l’arbre orchestré par le conseil régional des Hauts de France.

logo-SERDAlbrans Beuvry   festival-de-larbre 2016 dans Ecologie

 

Comme toujours l’association avait inscrit et fait validé ses actions dans le cadre d’opérations d’ampleur Européenne pour l’une et Régionale pour l’autre.

En effet, des opérations de sensibilisation aux problèmes environnementaux  sont mises en place par des instances Internationales, Nationales ou locales sur des journées ou des périodes définies et avec un intitulé précis (festival de l’arbre, fête de la nature, journée mondiale des zones humides, etc.).
Il est donc logique de s’inscrire dans ces cadres sans en déformer le sens ou l’intitulé.

 

Semaine Européenne de Réduction des déchets

Rodés à l’exercice, les Albrans ne se laissent pas pour autant entraîner par la routine. Certes les traditionnelles collectes de bouchons et de cartouches ont été réalisées, les affichages étaient présents et les documents de sensibilisation étaient à disposition du public.
Mais cette septième participation comportait une innovation : un atelier de fabrication de produits ménagers.
À la portée de tous, cette activité qui a connu un certain succès, a fait rimer écologie avec économies.

 

écologie beuvry écologie beuvry écologie beuvry écologie beuvry écologie beuvry écologie beuvry écologie beuvry écologie beuvry écologie beuvry écologie beuvry

 

Festival de l’arbre

Pour la seconde année consécutive, l’association a participé au festival de l’arbre organisé par le conseil régional. 

Au programme cette année :

« À chacun son bec » : Les oiseaux n’ont pas tous le même bec et se nourrissent différemment. Comment les reconnaître ?

Autre thème pour les enfants… et leurs parents : comment mesurer la hauteur d’un arbre ?

« Les Hauts de France et les forêts » : Les essences qui compostent les forêts de notre région.

J’ai présenté une synthèse sur un sujet très préoccupant : la chalarose, maladie qui s’attaque au frêne commun, ainsi menacé de disparition en Europe.

écologie beuvry écologie beuvry écologie beuvry écologie beuvry écologie beuvry écologie beuvry écologie beuvry écologie beuvry écologie beuvry

 

 

Liens :

Site officiel de la SERD

Le Festival de l’Arbre en 12 questions

Festival de l’arbre et SERD chez les Albrans : édition 2016

Le frêne commun menacé de disparition

Je n’en sais rien et ça m’est égal…

La gestion des déchets ménagers, vue de Beuvry

 


Publié dans Comprendre pour Agir, Ecologie, Forêt, Les Albrans | Pas de Commentaires »

Inondations à Beuvry : les messages sur l’eau, le climat, le développement ou l’écocitoyenneté ont été très peu entendus.

Posté par Joël le 10 juin 2016

 

Comme je l’ai expliqué, en surveillant la baisse du niveau d’eau mardi, je pensais aux travaux de recherche et d’écriture sur tous les sujets liés à l’eau et plus généralement sur l’environnement.

 Inondations à Beuvry : les messages sur l’eau, le climat, le développement ou l’écocitoyenneté ont été très peu entendus. dans Ce blog - son auteur tracriviremilitaire

Depuis plusieurs années, j’ai eu l’occasion de me pencher sur de nombreux documents en rapport avec l’eau. Certaines de mes recherches ont donné lieu à des articles de portée locale sur le canal  et sur la Loisne. Plus largement, j’ai aussi proposé aux lecteurs des articles sur le réseau hydrographique, les lois sur l’eau  et sur la  préservation des zones humides. Le maintien des zones humides est très important pour l’équilibre climatique et indispensable pour limiter les conséquences des bouleversements climatiques (sécheresses et inondations).

 

cycleeau 2016 dans Comprendre pour Agir

 

L’histoire locale, avec la construction du canal des mines a aussi toute sa place dans cette démarche de réflexion globale.
En effet l’intervention de l’Homme sur le
cycle de l’eau n’est pas sans conséquence. Les détournements, les retenues et ouvrages divers sur les cours d’eau naturels perturbent localement ce cycle. D’abord la perturbation du cycle de l’eau contribue au dérangement climatique, mais de plus elle peut avoir des conséquences dramatiques en cas de pluies diluviennes. Le ruissellement des eaux ne se fait plus naturellement, les cours d’eau détournés, canalisés et parfois busés ne peuvent plus recevoir et évacuer l’excédent de pluie.

rivagedesmines citoyenneté dans Eau

 

Il y a quelques années avec Les Albrans nous avons essayé de marquer les esprits sur la nécessité de préserver les arbres et les forêts notamment en organisant le salon « Partageons la forêt »  en mai 2011 dans le cadre de l’année internationale des forêts. Cette année l’association a aussi participé à la journée internationale des forêts.
J’ai également consacré plusieurs articles à la
préservation de la forêt et au reboisement.

Encore un sujet qui a un rapport avec ce qui nous préoccupe aujourd’hui :
Localement, les arbres limitent les conséquences d’afflux d’eau en pompant des quantités importantes (jusqu’à 200 litres quotidiennement pour un chêne adulte). 
Au niveau de la planète, peut-on encore ignorer le rôle de la forêt dans l’équilibre climatique ?

2011anneinternationaledelafort écologie dans Ecologie

 

Dans des articles plus récents, je vous ai fait part également de ma façon de voir la Conférence sur le climat et ce, dans la continuité de mon analyse sur les rapports du GIEC  et des actions de l’association Les Albrans notamment dans le cadre de l’année internationale de l’énergie durable pour tous.

 Energie+et+d%25C3%25A9veloppement+-+ann%25C3%25A9e+innternationale+de+l%2527%25C3%25A9nergie+durable dans Géographie

 

Nous nous sommes aussi penchés sur la problématique de l’agriculture moderne aussi bien en ce qui concerne les conséquences locales (disparition des haies et des fossés), que sur la nécessité de consommer autrement pour revenir à un modèle agricole plus respectueux des sols. Cette année, l’un des thèmes développés lors de la journée mondiale de l’eau était justement « Eau et Agriculture ».

On sait bien que la disparition des haies et des fossés aggrave les phénomènes pluvieux exceptionnels en contribuant aux inondations.

La sensibilisation à la réduction des déchets (qui a fait l’objet de plusieurs manifestations publiques à Beuvry) s’inscrit non seulement dans le cadre de la limitation des gaz à effet de serre (responsable du réchauffement climatique) mais aussi dans le cadre d’une agriculture raisonnée.
Gaspiller moins (jeter moins de nourriture) permettrait de diviser la production agricole quasiment par 2 !
On sait que l’agriculture intensive a des conséquences sur les sols qui ne peuvent plus absorber convenablement les pluies. Au lieu de s’infiltrer, l’eau reste en surface et s’écoule vers des zones habitées ou vient gonfler les rares fossés préservés, lesquels débordent et provoquent des inondations.

nouveau-logo-complet-a dans Histoirelogofrancaissanstitre dans Les Albrans

 

Après les inondations chacun veut trouver des explications et parfois des responsables.
Pourtant sans avoir une réponse à toutes les questions, à Beuvry comme ailleurs, des citoyens sans grade et des associations s’essoufflent depuis des années à amener des éléments de réflexion, à rendre accessible des documents techniques et scientifiques par un travail de simplification, à alerter sur les conséquences de l’action de l’Homme sur la nature.
Beaucoup de travail pour bien peu de prise de conscience, ce qui conduit parfois à une certaine
déception.

 

Pour conclure, je vous invite juste à relire les articles qui apparaissent en lien (en bleu clair) ainsi que ceux qui concernent le syndrome de Cassandre.

 

scierlabranche

 


 

Publié dans Ce blog - son auteur, Comprendre pour Agir, Eau, Ecologie, Géographie, Histoire, Les Albrans | 3 Commentaires »

29 mai 1346 : le premier code forestier

Posté par Joël le 29 mai 2016

 

Comme chacun d’entre vous sans doute, j’ai plusieurs centres d’intérêts, dont certains se retrouvent de temps en temps sur ce blog. Parmi ces centres d’intérêts, sous le savez, il y a nature et l’Histoire. Aujourd’hui, je vous parlerai des deux à la fois.

Quel rapport entre les deux me direz-vous ?
La Forêt !
En effet, la législation forestière française plonge ses racines dans l’histoire…

À partir du XIVème siècle, on voit apparaître une grande quantité d’édits et d’ordonnances qui réglementent d’abord l’exploitation des forêts royales, puis celle de toutes les forêts du royaume.

Déjà en 1291, Philippe le Bel créa la première administration des eaux et forêts.

Le 29 mai 1346, Philippe VI instaure le premier Code forestier avec l’ordonnance de Brunoy.

Bien plus tard, en 1669, une ordonnance de Colbert visera à assurer la conservation de la ressource forestière en définissant de véritables principes de gestion.

Mais avant de poursuivre, et comme nous sommes le 29 mai, je vous propose un petit zoom sur une ordonnance royale signée il y a exactement 670 ans.

L’Ordonnance de Brunoy : les prémices d’une réflexion sur la durabilité des ressources forestières

La « Charte des eaux et forêts » ou « Ordonnance de Brunoy » est la première réglementation forestière en langue française connue. Elle est considérée par les historiens comme la première forme de protection de l’espace naturel. Cette ordonnance royale survient après une longue phase de croissance économique, qui a conduit à d’importants défrichements et à la surexploitation de la forêt.

Elle fut édictée le 29 mai 1346 par Philippe VI de Valois dans son château de Brunoy, en forêt de Sénart (1). Le roi de France décide de ne plus accorder de droits d’usage (2) dans les forêts du domaine royal.

philippe VI

L’idée est de préserver les ressources forestières, notamment dans son article 4 :
«  les maîtres des eaux et forêts enquerront et visiteront toutes les forez et bois et feront les ventes qui y sont, en regard de ce que lesdites forez se puissent perpétuellement soustenir en bon estat ».

L’ordonnance prescrit par ailleurs une planification des prélèvements.

Quelques autres dates qui ont marqué la législation forestière française.

Malgré ce premier code forestier de 1346, en 1520, la forêt ne représente plus que 25 % du territoire national. Au XVIIe siècle, Colbert et Louis XIV ont besoin de bois pour les constructions de maisons et de bateaux.

Ainsi, de 1661 à 1669, un nouveau code est élaboré visant à réorganiser l’exploitation sylvicole et en assurer la pérennité. L’Ordonnance de 1669 « sur le fait des Eaux et Forêts », rédigée sous l’impulsion de Colbert, vise à protéger et restaurer les ressources forestières.

29 mai 1346 : le premier code forestier dans Ce blog - son auteur code-1827

En 1827 la France se dote d’un nouveau Code forestier (la forêt ne représente plus que 16% du territoire).

Durant le 20ième siècle de nombreuses dispositions viennent améliorer la préservation des espaces boisés, notamment avec la création des divers organismes comme l’ONF et deux refontes importantes du Code forestier (1952 et 1979).

En 1963, une gestion prévoyante et raisonnée est imposée à la forêt privée par le biais des « Plans simples de gestion » dont l’obligation, initialement fixée aux forêts de plus de 25 ha, sera étendue par la loi d’orientation forestière en 2001 à celles de plus de 10 ha.

Suite à Adoption de la loi d’orientation sur la forêt en 2011, le nouveau code forestier est entré en vigueur le 1er juillet 2012. Sur le fond, peu de changements ont eu lieu. Ceux-ci concernent notamment la défense des forêts contre l’incendie et la définition des infractions forestières. Sur la forme, il a été simplifié pour apporter une plus grande lisibilité.

 

Relire aussi :

Le reboisement en France vu de Beuvry

Des Forêts et des Hommes

La déforestation : l’exemple de Brocéliande

Rétrospective 2011 : Année internationale des forêts

La France refond son code forestier

Festival de l’arbre à Beuvry

 

Notes :

(1) Brunoy se situe à vingt et un kilomètres au sud-est de Paris dans le département de l’Essonne.

(2) Le droit d’usage désigne le plus souvent les droits d’une communauté villageoise de prendre du bois ou de faire paître le bétail dans une forêt seigneuriale.


Publié dans Ce blog - son auteur, Ephéméride, Forêt, Histoire | Pas de Commentaires »

Conférence sur le climat vue d’en bas

Posté par Joël le 19 novembre 2015

Conférence sur le climat vue d’en bas dans Ce blog - son auteur La-Conference-climat-a-son-logo_article_main_lacroix_petit

De nombreuses questions se posent sur le changement climatique.

Bien avant les rassemblements internationaux, de personnalités politiques et conseillers divers, pour lesquels on a vu de nombreuses communications avant les événements terribles qui ont une nouvelle fois frappé la France, des scientifiques se sont posées ces questions et ont tenté d’y répondre :

  • Le climat évolue-t-il naturellement ?
  • Les activités humaines peuvent-elles modifier le climat ?
  • Les activités humaines peuvent-elles changer la composition de l’atmosphère ?
  • A-t-on observé récemment un changement du climat ?
  • Peut-on estimer les changements climatiques qui se produiront au cours du XXIe siècle ?
  • Quelle sera l’évolution du climat si nous ne changeons rien à notre mode de vie ?
  • Les conséquences du changement climatiques peuvent-elles être graves ?
  • Peut-on envisager de limiter les émissions pour réduire l’ampleur du changement climatique ?
  • L’épuisement des ressources mondiales en combustibles fossiles suffira-t-il à empêcher un bouleversement du climat ?
  • Comment convaincre les plus pollueurs d’infléchir réellement leurs comportements ?

 

De leur côté, des acteurs locaux n’ont pas non plus attendu ces grands événements médiatiques. Ils se sont documenté par eux-mêmes et ont essayé depuis des années de faire passer des messages, armés uniquement de leur bonne volonté et de quelques moyens matériels basiques :

  • Manifestations organisées localement et inscrites dans une logique Nationale ou Internationale en suivant les calendriers des autres manifestations : journée des zones humides, journée mondiale de l’eau, journée des mers et océans, semaine de la mobilité, semaine européenne de réduction des déchets, mais aussi série d’actions dans le cadre de l’année mondiale de l’eau (2013),  de l’année internationale de l’énergie durable pour tous (2012), de l’année des forêts (2011) ou encore l’année européenne de la lutte contre le gaspillage alimentaire (2014)…
  • Informations relayée sur des pollutions locales (cyanure dans un marais, développement anarchique de plantes aquatiques envahissantes,…) et tentative de mobilisation sur tous ces problèmes.
  • Actions concrètes de reboisement, d’entretien d’une zone humide…

 

Que d’énergie humaine dépensée pour tenter modestement de modérer notre consommations d’énergie, de modifier notre comportement vis-à-vis de la nature !

Cet engagement citoyen laisse place parfois des phases d’interrogation sur l’utilité de toutes ses actions passées presque inaperçues auprès des personnes qui demain jureront que la conférence sur le climat les passionne, que la maitrise des déchets les intéresse, que l’état des cours d’eau de la région les préoccupe, et même pour certains que tout ce qui se passe dans leur commune les a toujours captivé alors que l’on ne les pas vus plus que les autres lors d’actions citoyennes organisées dans ladite commune sur tous ces sujets.

Si les convictions demeurent, l’investissement personnel dans l’action locale peut avoir tendance à s’estomper faute de résultat ou prendre d’autres formes.

 

A lire ou à relire :

Le syndrome de Cassandre

Réflexions personnelles et méthodes de travail

Le paquet énergie-climat pour 2030, vu de Beuvry

Je n’en sais rien et ça m’est égal…


Publié dans Ce blog - son auteur, Comprendre pour Agir, Ecologie | Pas de Commentaires »

La France refond son code forestier

Posté par Joël le 8 février 2012

L’année internationale des forêts (2011) était une année de sensibilisation aux problèmes des arbres en général et de la déforestation en particulier.

Mais comme on l’a vu, le sujet reste important les années suivantes.

Ainsi, l’ordonnance n° 2012-92 du 26 janvier 2012 a attiré mon attention. Elle correspond à la refonte de son code forestier.

 

Pourquoi un tel article sur un blog de Beuvry ?

Beuvry a connu une grande manifestation en mai 2011 sur le thème de la forêt.

La ville voit enfin son espace boisé s’agrandir sensiblement.

Autant dire que ce sujet a bien sa place sur ce blog.

En prenant un peu de temps pour lire ce qui suit, vous verrez que cette ordonnance n° 2012-92 peut tous nous intéresser.

 

Origine de cette refonte du code forestier

Le Code forestier existe depuis 1827 (voir mon article sur le reboisement). Après deux refontes anciennes, en 1952 puis en 1979, il est à nouveau apparu que les réformes survenues au fil du temps rendaient peu lisible et complexe le code tel qu’il existait.

L’article 69 de la loi du 27 juillet 2010 de modernisation de l’agriculture et de la pêche avait habilité le Gouvernement à réformer par ordonnance le Code forestier.

 

Que contient la nouvelle mouture du Code Forestier ?

Peu de changement sur le fond, mais des modifications tout de même :

La législation concernant la défense de la forêt contre l’incendie est renforcée.

Les sanctions pénales et administratives sont harmonisées et simplifiées.

Des dispositions visant à favoriser le remembrement forestier sont créées et intégrées dans le Code.

 

Ce nouveau plan est plus clair et plus simple

Le livre Ier comprend les dispositions communes, applicables indépendamment du régime de propriété, relatives notamment à la gestion durable en matière forestière, à la défense des forêts contre l’incendie ou au rôle de protection des forêts.

Le livre II traite du régime forestier, dont relèvent les bois et forêts de l’Etat, des collectivités locales et de certaines personnes morales, auxquels des règles spécifiques de délimitation, d’aménagement et d’exploitation sont applicables, et dont la mise en œuvre est assurée par l’Office national des forêts.

Le livre III est consacré aux règles qui régissent les bois et forêts des particuliers.

 

Entrée en vigueur le 1er juillet 2012 au plus tard.

 

Quelques notions à retenir en tant que simples citoyens que nous sommes :

Obligations des propriétaires en matière de lutte contre l’incendie

Objectif : Clarifier les obligations auxquelles sont soumis les propriétaires en cas de superposition d’obligations différentes sur une même parcelle ; faciliter l’adaptation aux réalités locales des modalités d’exécution de certaines mesures de prévention ; favoriser l’information sur les obligations en matière de débroussaillement…

 

Définition de « l’infraction forestière »

Objectif : Harmoniser, clarifier, moderniser et simplifier les dispositions relatives aux agents chargés de procéder aux contrôles administratifs et à la constatation des infractions (y compris en modifiant la liste de ces agents et l’étendue de leurs pouvoirs et en réformant, supprimant ou instaurant les sanctions encourues).

 

Pour la première fois une définition « l’infraction forestière » est clairement donnée.

Elle recouvre non seulement les infractions au code forestier mais aussi certaines infractions en matière de dépôts d’ordures ou de stationnement, lorsqu’elles sont commises dans les bois et forêts. De même que les contraventions aux arrêtés de police municipale destinés à prévenir les incendies, les éboulements ou la divagation des animaux dangereux.

 

Les conditions d’application des amendes forfaitaires sont aussi précisées

L’ordonnance prévoit également la possibilité de prononcer des « sanctions-réparation ».

 

Pour en savoir plus :

Ordonnance n° 2012-92 du 26 janvier 2012 relative à la partie législative du code forestier

Le reboisement en France vu de Beuvry

 


Publié dans Comprendre pour Agir, Forêt, Géographie | Pas de Commentaires »

2012 : Année internationale de l’énergie durable pour tous

Posté par Joël le 15 janvier 2012

 

Depuis 1959, l’ONU désigne des années internationales pour attirer l’attention sur de grandes questions et encourager la collectivité mondiale à se pencher sur des dossiers ayant des conséquences pour toute l’humanité.

 

A titre d’exemple :

2010 était « l’Année internationale de la biodiversité » ;

2011 a été déclarée « l’Année internationale des forêts » ;

2012 est « l’Année internationale de l’énergie durable pour tous ».

Si chacun des thèmes est développé en particulier l’année désignée, les années suivantes, il n’en reste pas moins important. Aussi, la vigilance pour la sauvegarde de la biodiversité et la lutte contre la déforestation doivent continuer.

logo 2012 année internationale de l'énergie durable pour tous

2012 : l’énergie durable pour tous

Reconnaissant l’importance de l’énergie pour le développement durable, l’Assemblée générale des Nations Unies a proclamé dans sa résolution 65/151 : 2012 – Année internationale de l’énergie durable pour tous.

Cette année est l’occasion de sensibiliser à l’importance d’améliorer l’accès durable à l’énergie, l’efficience énergétique et l’énergie renouvelable au niveau local, régional et international.

Les services énergétiques ont un effet profond sur la productivité, la santé, l’enseignement, les changements climatiques, la sécurité alimentaire et la sécurité de l’approvisionnement en eau ainsi que les services de communications.

 

C’est pourquoi l’absence d’accès à une énergie propre, abordable et fiable entrave le développement humain, social et économique et constitue un obstacle majeur à la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement.

 

Pourtant, 1,4 milliard de personnes n’ont pas accès à une énergie moderne, tandis que trois milliards de personnes dépendent de la « biomasse traditionnelle » et du charbon comme source principale de combustible.

 

 

Voir la résolution : 69e séance plénière – 20 décembre 2010

Site officiel : http://www.sustainableenergyforall.org/


Publié dans Comprendre pour Agir, Ecologie | Pas de Commentaires »

Quoi de neuf pour 2012 ?

Posté par Joël le 11 janvier 2012

 

De quoi parlera-t-on cette année ?

Si 2011 était consacrée à l’importance de l’arbre et de la forêt, les préoccupations sur la déforestation et la nécessité de sensibiliser les jeunes ne faiblira pas pour autant en 2012.

En 2012, au niveau international, il sera question de l’énergie durable pour tous. Je reviendrai sur ce sujet bientôt.

 logo 2012 année internationale de l'énergie durable pour tous

Et à Beuvry de quoi parlera-t-on ?

Les associations préparent activement leurs manifestations pour l’année en cours, les réunions de conseil d’administration en sont la preuve. Les informations sur ce qui attend les Beuvrygeois ne devraient plus tarder.

Il paraît que l’on parlera aussi camping à Beuvry ? Affaire à suivre.

On parlera aussi sans doute de la population

 

Pour les responsables d’associations organisant des animations culturelles, sportives, environnementales… n’hésitez pas à profiter de l’audience de ce blog pour les faire connaître.

Contactez-moi : Quoi de neuf pour 2012 ? dans Ecologie bouteillealamermail


Publié dans Ecologie, Le saviez-vous ?, Présentation de Beuvry, Quoi de neuf ? | Pas de Commentaires »

Rétrospective 2011 : Année internationale des forêts

Posté par Joël le 26 décembre 2011

Il est de bon ton dans les médias mais aussi sur les blogs de réaliser une rétrospective de l’année écoulée.

Fin 2010, je vous ai proposé un rétrospective de Beuvry en photos.
Cette année, je vous sélectionne quelques uns des thèmes abordés sur ce blog parmi la cinquantaine de catégories d’articles (trop restrictif selon certains !?), en 2011 et aussi parfois depuis 3 ans. Commençons aujourd’hui par la forêt.

En effet, 2011 a été célébrée sur toute la planète comme l’année internationale des forêts.

logo officiel en français 2011 année internationale des fortêts + slogan

Beuvry n’a pas été en reste sur le sujet :

Les 21 et 22 mai 2011, l’association « Les Albrans » a proposé un salon de la chasse, la nature et le terroir, axé principalement sur la forêt . Les visiteurs ont pu apprécier le travail de pédagogie développé par l’association Beuvrygeoise.

 

Cette année a été aussi l’aboutissement d’un projet de reboisement de la commune. Pas moins de 4 hectares d’espaces boisés supplémentaires sur 2 parcelles qui n’étaient plus exploitées, soit 5.000 arbres et arbustes d’essences locales ; dans une région fortement déboisée par rapport à la moyenne nationale, ce n’était pas du luxe.

Je l’ai déjà évoqué ici la région a subit une forte déforestation principalement pendant l’ère industrielle et notamment pour l’exploitation minière, mais aussi pour les besoins de l’agriculture.

plantations arbres moncher beuvry 26 décembre 2011 plantations arbres moncher beuvry 26 décembre 2011

 

Retrouvez donc tous les articles consacrés à la forêt en cliquant ici 


Publié dans Ecologie, Zoom sur | 2 Commentaires »

11 Novembre : jour de mémoire

Posté par Joël le 7 novembre 2011

Plus que jamais, alors que le dernier poilu est décédé (le 4 mai dernier), rappelons aux générations futures ce que représente le 11 novembre.

 

Lundi 11 novembre 1918

Dans toute la France, à 11 heures les cloches sonnent à la volée.

L’armistice a été signé à 5 h, dans le wagon spécial du généralissime Foch, au carrefour de Rethondes, au milieu de la forêt de Compiègne.

11 novembre 1918

Le 12 novembre 1918, le Maréchal Foch adressait de son quartier général de Senlis ce message aux Armées : « Officiers, sous-officiers et soldats des armées alliées ; après avoir résolument arrêté l’ennemi, vous l’avez pendant des mois, avec une foi et une énergie inlassables, attaqué sans répit. Vous avez gagné la plus grande bataille de l’Histoire, sauvé la cause la plus sacrée : la liberté du monde. Soyez fiers, d’une gloire immortelle vous avez paré vos drapeaux, la postérité vous garde sa reconnaissance. »

 

Les commémorations de 1919

Le 11 novembre 1919, une seule cérémonie est organisée dans la chapelle des Invalides en présence du maréchal Foch.

En effet, cette même année, deux journées commémoratives avaient déjà marqué les esprits :

Le 14 juillet, on a fêté la Victoire et la Paix dans le faste et dans la liesse. Un hommage a été rendu à tous les combattants, aux vivants comme aux morts. Clémenceau a voulu que ce soit « leur » jour.

Le 2 novembre, premier Jour des morts depuis le retour de la paix, de nombreuses cérémonies symboliques ont été organisées. Le Parlement a voulu que les morts fussent glorifiés dans toutes les communes de France, le même jour à la même heure.

 

11 novembre 1920 : le premier hommage au Soldat inconnu

la République rend pour la première fois un hommage à un soldat inconnu mort pendant la Grande Guerre, représentant anonyme des « Poilus ».

Le 12 novembre 1919, on décida du Panthéon comme lieu de sépulture. Mais en 1920, une campagne menée par des écrivains est à l’origine du choix définitif de l’Arc de Triomphe.

Le 28 janvier 1921, le Soldat inconnu est inhumé sous la voûte de l’Arc de Triomphe.

Sur la dalle de granit sont gravés ces mots : « Ici repose un soldat français mort pour la Patrie (1914-1918) ».

soldat inconnu arc de triomphe paris

11 novembre 1922 : jour de commémoration nationale

Tout au long de l’année 1922, les anciens combattants insistent pour que le Parlement déclare le 11 novembre fête nationale, ce qu’établit la loi du 24 octobre 1922.

 

11 novembre 1923 : la Flamme du souvenir

En présence de nombreuses associations d’anciens combattants, André Maginot, ministre de la guerre et des pensions, allume pour la première fois une flamme du souvenir.

Le Comité de la Flamme aura désormais la tâche de la faire raviver chaque jour au crépuscule.

 

Le 11 novembre 1940 : un défi à l’occupant

À l’approche du 11 novembre 1940, les autorités allemandes et la préfecture de police prennent la décision d’interdire toutes les manifestations commémoratives.

Le 8 novembre, une première manifestation est organisée et même si elle ne revêt pas la dimension escomptée, l’idée d’une manifestation de plus grande ampleur s’y fait jour. Tracts et mots d’ordre d’origines diverses appellent à un grand rassemblement à l’Arc de Triomphe le 11 novembre.

Ce jour-là, plusieurs cortèges rassemblant 5.000 étudiants et lycéens, convergent vers les Champs-Élysées. L’hostilité à l’occupant est générale, les références au général de Gaulle présentes.

La répression est brutale : il y a de nombreux blessés, une centaine d’étudiants sont arrêtés et emprisonnés.

Pour la première fois depuis juin 1940, des Français se sont heurtés aux forces d’occupation. Ce 11 novembre 1940 est devenu un véritable symbole pour la résistance parisienne.

 

Le 11 novembre 1944 : une cérémonie dans Paris libéré

11 novembre est commémoré à Paris en présence d’une délégation britannique menée par le Premier ministre Winston Churchill et du général de Gaulle, chef du Gouvernement Provisoire français. 

Le général de Gaulle déclarait : « Nous nous plaisons à voir dans la présence de nos hôtes, non point seulement l’occasion longtemps attendue de les saluer dans notre capitale, mais encore la manifestation pratique d’une alliance, que de cruelles vicissitudes font apparaître plus nécessaire que jamais ».

11 novembre 1944 paris

Le 11 novembre 1945 : un hommage à tous les combattants

Les cérémonies du 11 novembre 1945 reflètent la volonté du général de Gaulle de faire du Mont Valérien, théâtre du martyre de nombreux résistants, un haut lieu de mémoire pour les combattants et les victimes du nazisme.

Le 10 novembre, les corps de quinze Français morts pour la patrie sont amenés en trois cortèges, des portes de Paris aux Invalides : combattants des trois armes, prisonniers, déportés, hommes et femmes, ils symbolisent à la fois l’unité nationale et les différents théâtres d’opération et lieux de souffrance. Ce 11 novembre 1945, un cortège unique accompagne ces quinze cercueils sous l’Arc de Triomphe, où le général de Gaulle les accueille. Dans la journée, la foule leur rend hommage. Puis, la nuit tombée, ils sont déposés au Mont Valérien. 

Le 11 novembre : jour de mémoire

Cette cérémonie garde aujourd’hui tout son sens car elle est l’occasion de rendre hommage aux combattants pour que ne sombrent pas dans l’oubli les sacrifices et les souffrances de toute une génération.

armisctice de rethonde

Sources : les chemins de la mémoire.

 

Publié dans Commémorations, Histoire, Lieux de mémoire | 1 Commentaire »

1234
 

"rat"(nimalerie)," rat"mate... |
Logiciels à télécharger |
plusdotage |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | promos viandes
| actuplanet
| chlochlodu77