• Visiteurs

    Il y a 1 visiteur en ligne
  • Total

  • Rechercher sur ce blog

    Sur la colonne de droite, vous pouvez rechercher un texte selon différents critères : derniers articles commentés, derniers articles publiés, mots-clés, catégorie de l'article, date,...
    N'hésitez pas à commenter.


    L'email fournit lors du dépôt d'un commentaire permet au système de contrôler que celui-ci n'est pas posté par un robot (publicité et indésirables). Il ne sera donc pas utilisé pour vous envoyer un mail.


    Autres astuces pour utiliser ce blog et aides pour blogueurs


  • Méta

  • blog tout beuvry sur le web

    © 2008
    Tous droits réservés.
    Reproduction (même partielle) interdite sans l'accord écrit de l'auteur.

  • Accueil
  • > Recherche : reunion en genre beuvry

Résultats de votre recherche

Devoir de mémoire envers la résistance Française

Posté par Joël le 26 mai 2015

 

Le 27 mai 1943, Jean Moulin présida la première réunion du CNR (Conseil National de la Résistance). Le CNR se fixa pour objectifs de coordonner l’action de la résistance, sous l’égide du général de Gaulle, pour que la France parle d’une seule voix sur la scène internationale, mais aussi de préparer l’avenir de la France.

 

Ce 27 mai on commémorera un peu partout cet anniversaire important.

On a constaté que les diverses manifestations patriotiques réunissent peu monde. Il faut dire qu’en dehors des 8 mai et 11 novembre, les horaires des commémorations peuvent ne pas toujours convenir aux personnes ayant une activité professionnelle et des enfants dont il faut suivre les devoirs après la classe. Comme je l’ai déjà fait remarquer dans le passé, on peut d’ailleurs faire le même constat lorsqu’il s’agit de faire une réunion associative. Avant 18H30, il ne faut pas espérer attirer de nombreux salariés.

 

Si on ne peut se rendre systématiquement à ce genre d’événement, on peut aussi à d’autres moments de l’année entretenir la mémoire de ces combattants de l’ombre.

Nous avons eu récemment l’occasion de faire une excursion dans le massif du Vercors. Nous avons profité de cette journée pour parler spécialités locales, géologie, faune et flore, mais le sujet principal était la résistance. En effet, le Vercors est connu pour avoir rassemblé de nombreux résistants durant la Seconde Guerre mondiale.

Vassieux en Vercors

Si vous avez l’occasion de passer dans cette région, après une dégustation de la clairette de Die (avec modération), je vous conseille de monter jusqu’au village de Vassieux en Vercors.

Vassieux en Vercors Vassieux en Vercors

Pour ses hauts faits de résistance durant l’Occupation, ce village a reçu la croix de la Libération par décret du général de Gaulle, en date du 4 août 1945.

Vassieux en Vercors est ainsi devenu la quatrième des cinq collectivités civiles françaises élevées au rang de Compagnon de la Libération avec la mention suivante :

« Village du Vercors qui, grâce au patriotisme de ses habitants, s’est totalement sacrifié pour la cause de la résistance française en 1944. Principal centre de parachutage pour l’aviation alliée sur le plateau, a toujours aidé de tous ses moyens les militaires du Maquis dans les opérations de ramassage d’armes. Très violemment bombardé le 14 juillet, attaqué par 24 planeurs allemands les 21 et 22 juillet, a eu 72 de ses habitants massacrés et la totalité de ses maisons brûlées par un ennemi sans pitié. Martyr de sa foi en la résurrection de la Patrie. »

 Vassieux en Vercors

 

Plus de 70 ans après l’atmosphère de ce petit village reconstruit est toujours chargée de ce douloureux passé.

Vassieux en Vercors

Vassieux en Vercors Vassieux en Vercors

Nous avons notamment visité le musée créé en 1973 par Joseph La Picirella, un ancien maquisard.

Vassieux en Vercors Vassieux en Vercors

Vassieux en Vercors Vassieux en Vercors

 

Liens utiles :

Mémorial de la résistance en Vercors

Musée de la Résistance en Vercors

27 mai 1943 – Première réunion du CNR

Texte de l’appel du 18 juin 1940

 

 

 

Publié dans Ce blog - son auteur, Commémorations, Histoire | Pas de Commentaires »

Tramway de l’Artois : 2 + 2 = 4 … ou plus ?

Posté par Joël le 14 juin 2011

Les médias locaux vont peut-être encore jongler avec la langue Française pour parler de cette décision prise samedi au sujet du projet de tramway de l’Artois dont l’une des 2 lignes a son terminus prévu à Beuvry.

Ainsi, aurais-je pu interpeller le lecteur avec une accroche du genre « le tramway patine ».

D’ailleurs, le quotidien régional de titrait hier :

« Les élus de l’axe Liévin – Lens – Hénin-Beaumont remettent les compteurs du tramway à zéro. »

 

Le journaliste continue avec le vocabulaire ferroviaire : « Trois ans après avoir validé les tracés de leur ligne de tramway, les élus des communautés d’Hénin-Carvin et de Lens-Liévin ont fait machine arrière, samedi matin, lors d’une réunion qui s’est tenue à Hénin-Beaumont. »

 

Expliquant que « Moins de trois mois après une première réunion de crise, les élus ont décidé d’abandonner le projet sous sa forme actuelle. »

rail et aiguillage de tramway

Au-delà des mots…

Ce qu’il faut retenir, c’est qu’après le retard de 2 ans (pour la mise en service) annoncé en octobre 2010 et un retard « de quelques mois » sur le choix du tracé annoncé le 17 février 2011, voilà maintenant un report supplémentaire de 2 ans.

Mais il n’est pas interdit d’imaginer que le retard sera supérieur, et peut-être même que le projet déraillera complètement.

D’ailleurs des voix s’expriment déjà sans langue de bois « On dit qu’on réfléchit différemment mais c’est pour mieux enterrer le projet. » ou évoquent un report supplémentaire de trois ans au lieu de deux…

 

4 ans de plus, au minimum.

Mais ce n’est pas tout : cette décision entraîne de facto, la perte d’une subvention de l’État, soit 57 Millions d’euros !

 

Et l’axe Beuvry – Béthune – Bruay – Houdain ?

On ne parle pas directement de cette seconde ligne.

Même si celle-ci ne serait pas connectée à la première dans le projet actuel, il va sans dire que les 2 projets sont intimement liés. Et compte tenu de plus des résistances des populations concernées, on imagine mal cette ligne prendre de l’avance sur celle de Liévin – Lens – Hénin-Beaumont.

 

« Je le savais ! »

Certains diront sans doute, prochainement ou lorsqu’ils auront le besoin de communiquer dans un an ou deux : « Le tramway ? Pff je l’avais dit – nous l’avions dit – que ce serait un échec ! »

A qui ? Quand ? Comment ?

Car, que depuis 3 ans, nous sommes bien peu nombreux – quelles que soient nos opinions respectives – à nous être intéressé au sujet. L’invitation, que quelques Beuvrygeois avaient lancée pour réfléchir sans parti-pris sur le dossier, avait reçu pour toutes réponses « ça ne se fera jamais » et « c’est fait d’avance, on n’a pas notre mot à dire. »

 

Pour terminer, j’ai retenu 2 phrases dans l’article de presse d’hier :

« Il faut trouver une cohérence globale, y compris entre les différents types de transport collectif. » et « Repartir de zéro, cela veut dire réaliser un diagnostic pour connaître les besoins et les attentes de la population en termes de transport collectif. »

Tiens, ne fallait-il pas commencer par cela ?

 

Dossier complet en cliquent ici

Histoire des tramways et autres transports urbains en cliquent ici
 


 

Publié dans Quoi de neuf ?, Revue de presse, Transports | 2 Commentaires »

 

"rat"(nimalerie)," rat"mate... |
Logiciels à télécharger |
plusdotage |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | promos viandes
| actuplanet
| chlochlodu77